L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

En 2021, 264 villes ont intégré le réseau Ville amie des enfants 2020/2026.
Rejoignez le grand réseau
Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
UNICEF France
UNICEF pour chaque enfant

Une menace immédiate pour la vie des 7,5 millions d’enfants ukrainiens

Ceci est un résumé des propos tenus par Afshan Khan, Directeur régional de l’UNICEF pour l’Europe et l’Asie centrale – à qui toute citation est attribuée – lors de la conférence de presse tenue aujourd’hui au Palais des Nations à Genève.

Genève, le 25 février 2022 – « Comme beaucoup d’entre vous le savent, les opérations militaires en Ukraine représentent une menace immédiate pour la vie et le bien-être des 7,5 millions d’enfants du pays.

A l’heure où nous parlons, d’importants attentats à Kiev ont suscité la peur et la panique au sein de la population. Les familles ont peur et se déplacent avec leurs enfants afin de trouver un endroit où s’abriter. Il s’agit réellement d’un moment terrifiant pour tous les enfants du pays.

Ces huit dernières années, l’UNICEF s’est employé à renforcer ses programmes pour secourir les enfants partout dans l’Est de l’Ukraine. Ces programmes permettent notamment d’acheminer de l’eau potable par camions citernes dans les zones touchées par les conflits, de distribuer du matériel de santé, d’hygiène et d’éducation aux communautés proches de la ligne de contact, et de travailler avec les municipalités afin d’assurer une aide immédiate aux enfants et aux familles dans le besoin.

Nous avons des équipes présentes dans 5 zones du pays.

L’UNICEF soutient les équipes mobiles qui fournissent une aide psychosociale aux enfants victimes de traumatismes et dont la souffrance risque fortement de s’aggraver au vue de l’insécurité. Ces équipes de protection de l’enfance assurent la gestion des cas – ils répondent notamment aux cas de violence, d’abus, de séparation de la famille, de violence basée sur le genre, de santé mentale et de soutien psychosocial, ainsi qu’aux cas de handicap.

Mais il est clair que ces derniers jours les besoins des enfants et des familles se sont aggravés avec le conflit. Comme beaucoup d’entre vous l’ont vu, des évacuations sont en cours dans l’Oblast de Luhansk et ont commencé à Donetsk. Les besoins sont conséquents, allant des produits d’hygiène aux couvertures, en passant par les brûleurs à gaz et les kits de premiers secours.

L’UNICEF, ainsi que le reste des Nations unies, appelle toutes les parties à protéger tous les enfants à tout moment et à faire en sorte que les acteurs humanitaires puissent atteindre rapidement et en toute sécurité les enfants dans le besoin, où qu’ils soient.

L’UNICEF appelle également toutes les parties à ne pas attaquer les infrastructures essentielles dont dépendent les enfants – à savoir les infrastructures hydrauliques et d’assainissement, les établissements de santé et les écoles. On nous a déjà signalé de graves pénuries ainsi qu’un nombre croissant de demandes de soutien psychologique et de soins pour les enfants.

L’UNICEF a besoin de 66,4 millions de dollars afin de fournir un accès aux services de base tels que l’eau et l’assainissement, la vaccination et les soins de santé, la scolarisation et l’apprentissage le soutien psychosocial et l’aide d’urgence en espèces pour un maximum de 7,5 millions d’enfants en Ukraine.

Nous travaillerons en lien avec le UNHCR et d’autres agences des Nations unies dans les prochains jours pour lancer un appel éclair pour les pays voisins et nous activerons ce que nous appelons des « Blues Dots » que nous avons utilisés pendant la crise des réfugiés et des migrants en Europe en 2015-2016, en fournissant des services essentiels là où les familles et les enfants ont été évacués dans les pays environnants.

Je sais qu’au moment où nous nous empressons, et mes collègues en parleront probablement, de comptabiliser les victimes civiles, y compris parmi les enfants, nous devons clairement nous occuper du traumatisme des vivants.

Nous comptons donc sur un effort conjoint de toutes les Nations unies pour soutenir cette réponse.