L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

297 villes et intercommunalités ont intégré le réseau Ville amie des enfants pour le mandat 2020/2026. Rejoignez le grand réseau Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
Le 22 juillet 2022 à Irpin, en Ukraine, Katya, 11 ans (à gauche), Arina, 15 ans (au centre), et Yaroslav, 15 ans (à droite), se tiennent à l'intérieur de leur école, qui a subi de lourds bombardements en mars 2022. ©UNICEF/UN0691707/Hrom
Le 22 juillet 2022 à Irpin, en Ukraine, Katya, 11 ans (à gauche), Arina, 15 ans (au centre), et Yaroslav, 15 ans (à droite), se tiennent à l'intérieur de leur école, qui a subi de lourds bombardements en mars 2022. ©UNICEF/UN0691707/Hrom

Perte d'apprentissage généralisée chez les enfants d'Ukraine

Les attaques incessantes contre l’éducation en Ukraine et le faible taux de scolarisation des jeunes réfugiés dans les pays d’accueil ont laissé une majorité des 6,7 millions d’Ukrainiens âgés de 3 à 18 ans dans l’incapacité d’apprendre, a averti la directrice régionale de l’UNICEF pour l’Europe et l’Asie centrale, Regina De Dominicis, de retour d’Ukraine.

Genève/Kiev, le 29 août 2023 – Partout en Ukraine, les enfants montrent des signes de perte d’apprentissage généralisée, notamment une détérioration des connaissances de la langue ukrainienne, de la lecture et des mathématiques ; la guerre, précédée de la pandémie de COVID-19, ayant perturbé l’éducation des élèves pour la quatrième année consécutive.

« En Ukraine, les attaques contre les écoles se sont poursuivies sans relâche, plongeant les enfants dans une profonde détresse et les privant d’espaces d’apprentissage sûrs. Non seulement les enfants d’Ukraine ont du mal à progresser dans leur scolarité, mais ils ont également du mal à assimiler les connaissances acquises lorsque leurs écoles fonctionnaient encore pleinement », a déclaré Regina De Dominicis, Directrice régionale de l’UNICEF pour l’Europe et l’Asie centrale.

Une déterioration marquée et généralisée des acquis pédagogiques

Selon les dernières données de l’enquête, jusqu’à 57 % des enseignants signalent une détérioration des connaissances des élèves en langue ukrainienne, jusqu’à 45 % signalent une diminution des compétences en mathématiques et jusqu’à 52 % signalent une diminution des compétences en langues étrangères.

Selon les dernières données disponibles sur les inscriptions, seul un tiers des enfants en âge de fréquenter l’école primaire et secondaire en Ukraine suivent un enseignement entièrement en présentiel. Un tiers des élèves inscrits suivent un enseignement mixte, en présentiel et en ligne, et un tiers suivent un enseignement entièrement en ligne.

L’urgence d’un retour à l’apprentissage en présentiel

L’apprentissage en ligne peut compléter l’apprentissage en présentiel et fournir une solution à court terme, mais il ne peut pas remplacer complètement les cours en présentiel, qui sont particulièrement importants pour le développement social et l’apprentissage fondamental chez les jeunes enfants. La réforme de l’éducation en cours en Ukraine, qui vise à développer les compétences des enfants et des jeunes, est essentielle pour le redressement et le développement socio-économique futur du pays.

Par ailleurs, selon les données d’une enquête nationale, deux tiers des enfants en âge d’aller à l’école maternelle ne la fréquentent pas. Dans les régions situées en première ligne, les trois quarts des parents déclarent ne pas envoyer leurs enfants à l’école maternelle.

De multiples obstacles à la scolarisation des enfants réfugiés

Pour les enfants réfugiés d’Ukraine, c’est aussi le début d’une nouvelle année scolaire incertaine, plus de la moitié des enfants en âge d’aller à l’école maternelle ou secondaire n’étant pas inscrits dans les systèmes éducatifs nationaux dans les sept principaux pays d’accueil des réfugiés. Les enfants d’âge préscolaire et secondaire sont les plus susceptibles de ne pas être scolarisés. Les barrières linguistiques, les difficultés d’accès à l’école et les systèmes éducatifs surchargés constituant autant de raisons pouvant expliquer les faibles taux de scolarisation.

Les enfants réfugiés qui ne sont pas inscrits dans les écoles locales tentent généralement d’étudier en ligne, soit en suivant le programme ukrainien, soit en utilisant d’autres plates-formes d’enseignement à distance. Certains enfants réfugiés ont parfois complètement abandonné leurs études.

L’école est plus qu’un lieu d’apprentissage

En temps de crise ou de guerre, les écoles représentent bien plus qu’un lieu d’apprentissage. Elles peuvent offrir aux enfants qui ont déjà subi des pertes, des déplacements et des violences un sentiment de routine et de sécurité, une chance de nouer des amitiés et d’obtenir l’aide des enseignants. Elles peuvent permettre aux enfants d’avoir accès aux vaccins, à une alimentation adéquate et à des services de soutien en matière de santé mentale et de bien-être. Les adolescents sont particulièrement sensibles, car les vulnérabilités physiques et mentales naturelles à leur âge sont exacerbées par ces bouleversements de leur apprentissage et la détresse qu’ils subissent.

En Ukraine et dans les pays accueillant des enfants et des familles réfugiés, l’UNICEF collabore avec les gouvernements et les partenaires afin d’améliorer l’accès à un enseignement de qualité. Cela comprend le soutien à l’inclusion des enfants dans les systèmes éducatifs nationaux et l’offre de multiples voies d’apprentissage pour les enfants qui ne sont pas actuellement scolarisés. Cela suppose également de doter les enseignants et le personnel scolaire des compétences nécessaires pour intégrer tous les enfants vulnérables dans les classes, de proposer des cours de langue et d’apporter un soutien en matière de santé mentale et de soutien psychosocial.

L’UNICEF collabore avec le gouvernement ukrainien pour soutenir la reprise de l’apprentissage et l’alignement sur les normes régionales afin d’éliminer les obstacles à l’éducation et de garantir l’apprentissage pour tous tout au long de la vie. Il s’agit notamment, en Ukraine, de réhabiliter les écoles ciblées lors des attaques et de dispenser des cours de rattrapage indispensables dans les matières principales afin d’aider, au cours de l’année scolaire à venir, 300 000 enfants dont les acquis sont menacés, tout en apportant parallèlement un soutien à plus long terme grâce au renforcement des systèmes et des services d’éducation de la petite enfance.

Télécharger les contenus multimédias ICI.