L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

297 villes et intercommunalités ont intégré le réseau Ville amie des enfants pour le mandat 2020/2026. Rejoignez le grand réseau Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
©UNICEF/UNI478182/Sujan
©UNICEF/UNI478182/Sujan

Seulement la moitié des jeunes sont capables d'identifier la définition correcte du changement climatique

Les résultats de l’enquête soulignent l’urgence de protéger les enfants et d’investir en leur faveur, y compris en matière d’éducation climatique, dans les décisions prises lors de la COP28.

New York/ Dubaï, le 7 décembre 2023 – Alors que les dirigeants de la planète se réunissent à l’occasion de la COP28, le nouveau sondage UNICEF-Gallup indique que la plupart des enfants et des jeunes disent avoir entendu parler du changement climatique, mais que seulement la moitié d’entre eux comprennent de quoi il s’agit.

Une étude inquiétante

Ce sondage mondial a révélé qu’en moyenne, 85 % des jeunes âgés de 15 à 24 ans interrogés dans 55 pays ont déclaré avoir entendu parler du changement climatique, mais seulement 50 % d’entre eux ont choisi la définition correcte de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) lorsqu’on leur a demandé de choisir entre « des changements climatiques saisonniers qui se produisent chaque année » et « des phénomènes climatiques plus extrêmes et une hausse des températures moyennes mondiales résultant de l’activité humaine ».

« Les jeunes comptent parmi les plus ardents héros du combat contre l’impact du changement climatique. Ils ont réclamé une action climatique dans les rues ou dans les salles de réunion, et il nous faut faire davantage pour que tous les enfants et les jeunes comprennent la crise qui pèse sur leur avenir », a déclaré la directrice générale de l’UNICEF, Catherine Russell. « Lors de la COP28, les dirigeants doivent s’engager à faire en sorte que les enfants et les jeunes soient informés de la crise, qu’ils soient pris en compte dans les discussions et qu’ils participent aux décisions qui façonneront leur vie pour les décennies à venir ».

Une connaissance inégalitaire

Les connaissances des jeunes sur le changement climatique sont les plus faibles dans les pays à revenu moyen inférieur et à faible revenu – les plus vulnérables aux impacts du changement climatique – comme le Pakistan (19 %), la Sierra Leone (26 %) et le Bangladesh (37 %).

Selon l’indice de risque climatique pour les enfants, publié par l’UNICEF en 2021, les enfants de ces trois pays sont classés comme étant extrêmement exposés aux impacts du changement climatique et aux conséquences de la dégradation de l’environnement, ce qui menace leur santé, leur éducation et leur protection, et les expose à des maladies mortelles.

Le sondage mondial – qui fait suite au projet initial Changing Childhood de 2021 – analyse les résultats obtenus par l’UNICEF à partir d’un sous-ensemble de questions du Gallup World Poll 2023. Outre le changement climatique, le sondage explore deux défis à long terme qui façonnent la vie des enfants et des jeunes : la confiance dans l’information et les contraintes qui pèsent sur le changement politique dans un monde globalisé.

Concernant la confiance en l’information, les résultats montrent que 60 % des jeunes interrogés utilisent les réseaux sociaux comme principale source de nouvelles et d’informations, mais que seuls 23 % d’entre eux font largement confiance à l’information diffusée sur ces plates-formes. En fait, les réseaux sociaux sont la source d’information à laquelle les jeunes font le moins confiance, toutes institutions confondues.

Des jeunes engagés dans le combat contre le changement climatique

Conformément aux premières conclusions de l’enquête Changing Childhood, les données reflètent l’impact de la mondialisation sur cette génération, puisque 27 % des jeunes interrogés se considèrent comme des citoyens du monde, ce qui est plus élevé que pour n’importe quel autre groupe d’âge.

Cette conception plus large du monde que le sondage identifie chez la jeune génération peut laisser espérer davantage d’alliances et de collaborations transfrontalières pour lutter contre la crise climatique, l’érosion de la confiance et d’autres problèmes mondiaux.

« Cette étude offre de précieuses indications sur la manière dont les enfants et les jeunes perçoivent les trois enjeux qui façonnent notre monde à long terme, aujourd’hui et à l’avenir », a déclaré Joe Daly, associé principal chez Gallup. « Il est essentiel de mettre en lumière les perspectives des jeunes. Elle aide les décideurs politiques d’aujourd’hui à comprendre les besoins et les points de vue des générations montantes dans une ère de changement rapide et d’incertitude ».

En août, le Comité des droits de l’enfant des Nations unies a affirmé le droit des enfants à un environnement sain, non pollué et durable, suite à la reconnaissance par l’Assemblée générale des Nations unies, en juillet 2022, qu’un environnement sain, non pollué et durable est un droit de l’homme. Le document de référence traite explicitement de l’urgence climatique, de la destruction de la biodiversité et de la pollution persistante, et présente des contre-mesures pour protéger la vie et le futur des enfants.

Des citoyens du Monde pourtant évincés des décisions politiques

Malgré ces droits, ratifiés par 196 États dans le cadre de la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant, et le fait que les enfants sont parmi les plus vulnérables aux impacts du changement climatique, ils demeurent largement ignorés dans les décisions prises pour faire face à la crise climatique, ce qui signifie que leurs vulnérabilités, leurs besoins et leurs contributions uniques sont souvent négligés.

Lors du Sommet sur le changement climatique de la COP28, qui se déroule actuellement à Dubaï, l’UNICEF demande aux dirigeants mondiaux de veiller à ce que les décisions prises garantissent délibérément la protection des enfants et l’investissement dans ces derniers, y compris dans l’éducation au climat. Cela comprend :

  • Intégrer les enfants dans la décision finale de couverture de la COP28 et organiser un dialogue d’experts sur les questions relatives aux enfants et au changement climatique.
  • Intégrer les enfants et l’équité intergénérationnelle dans le bilan mondial (GST).
  • Inclure les enfants et les services essentiels résistants au climat dans la décision finale sur l’objectif mondial d’adaptation (OMA).   
  • Veiller à ce que le Fonds des pertes et dommages et les modalités de financement tiennent compte des besoins des enfants et que les droits de l’enfant soient intégrés dans la gouvernance et le processus décisionnel du Fonds.

Au-delà de la COP28, l’UNICEF appelle les parties à agir pour la protection de la vie, de la santé et du bien-être des enfants – notamment en adaptant les services sociaux essentiels, en donnant à chaque enfant les moyens d’être un acteur pour l’environnement, et en respectant les accords internationaux sur le développement durable et le changement climatique, y compris en réduisant rapidement les émissions de CO2. « Ayant été témoin de la puissance du mouvement des jeunes pour le climat, je suis convaincue qu’informer et mobiliser encore plus de jeunes autour de la crise climatique pourrait contribuer à donner un coup de fouet au sentiment collectif d’urgence dont le monde a désespérément besoin », a ajouté Catherine Russell.

Accédez à l’ensemble des données de l’enquête, à la méthodologie et au rapport du projet sur la plateforme interactive, disponible en 10 langues.

Accéder aux contenus multimédias ICI.

Notes aux rédactions :

Les 55 pays interrogés dans le cadre du sondage mondial UNICEF-Gallup 2023 sont les suivants : Afghanistan, Allemagne, Argentine, Azerbaïdjan, Bangladesh, Brésil, Cambodge, Cameroun, Colombie, Côte d’Ivoire, Égypte, Éthiopie, France, Ghana, Grèce, Guatemala, Inde, Indonésie, Irak, Japon, Kenya, Liban, Malawi, Malaisie, Mali, Maroc, Mexique, Mozambique, Myanmar, Népal, Nigeria, Pakistan, Pérou, Philippines, Roumanie, Afrique du Sud, Sénégal, Sierra Leone, Corée du Sud, Espagne, Tadjikistan, Tanzanie, Thaïlande, Tunisie, Turquie, Ouganda, Ukraine, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, États-Unis d’Amérique, Venezuela, Viêt Nam, Yémen et Zimbabwe.

Ce sondage est la deuxième édition du projet Changing Childhood. La première enquête de ce type sondait plusieurs générations pour connaître leur point de vue sur le monde et sur ce que cela signifie d’être un enfant aujourd’hui. Après une enquête réalisée en 2021 auprès de 21 000 personnes dans 21 pays, cette enquête 2022-2023 a été menée auprès de plus de 55 000 personnes dans 55 pays – y compris les 21 pays étudiés dans le cadre du premier projet Changing Childhood – dans le cadre du Gallup’s World Poll. Des enquêtes représentatives au niveau national ont été menées dans des pays de toutes les régions et de tous les niveaux de revenus. L’UNICEF et Gallup ont analysé les données pour quatre groupes d’âge : 15-24, 25-39, 40-64 et plus de 65 ans.

Pour la cohorte des jeunes dans les 55 pays : La marge d’erreur médiane (ME) pour la cohorte des 15-24 ans dans les 55 pays est de +-/7,6 % (sur la base d’un intervalle de confiance de 95 % et en testant un pourcentage de 50 %, ce qui donne la ME maximale pour une taille d’échantillon donnée).

A propos de Gallup :

Gallup fournit des analyses et des conseils pour aider les dirigeants et les organisations à résoudre leurs problèmes les plus urgents. Combinant plus de 80 ans d’expérience et grâce à une portée mondiale, Gallup en sait plus sur les attitudes et les comportements des employés, des clients, des étudiants et des citoyens que n’importe quelle autre organisation dans le monde.