Sud de Madagascar : la malnutrition des enfants devrait quadrupler

Publié le 27 juillet 2021

La malnutrition des enfants devrait quadrupler dans le sud de Madagascar avec l'aggravation de la sécheresse, préviennent UNICEF et le PAM.

Antanarivo, le 26 juillet 2021 - On s'attend à ce qu'au moins un demi-million d'enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë, dont 110 000 dans un état grave, dans la partie sud de Madagascar touchée par la sécheresse, et subissent des dommages irréversibles à leur croissance et à leur développement. Le nombre d'enfants souffrant de malnutrition aiguë devrait être multiplié par quatre depuis la précédente évaluation réalisée en octobre 2020, préviennent l'UNICEF et le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies.

« Ce qui se passe actuellement dans le sud de Madagascar est déchirant. Nous ne pouvons pas tourner le dos à ces enfants dont la vie est en jeu », a déclaré Moumini Ouedraogo, représentant du PAM à Madagascar. « Nous devons redoubler d'efforts pour enrayer cette hausse catastrophique de la faim, mais nous ne pouvons pas le faire sans des ressources financières importantes et l'adhésion des partenaires. »

Au bord de la famine

Quatre années consécutives de sécheresse ont anéanti les récoltes et coupé l'accès des populations à la nourriture. À l'approche de la période de soudure, moment de l'année où les stocks de nourriture s'épuisent, la crise devrait s'aggraver considérablement. Plus de 1,14 million de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire dans le sud de Madagascar et le nombre de personnes en situation « catastrophique » (phase 5 de l'IPC) risque de doubler pour atteindre 28 000 personnes d'ici octobre.

Le district d'Ambovombe-Androy, le plus touché, où les taux de malnutrition aiguë globale ont atteint le chiffre alarmant de 27 %, risque la famine si des mesures urgentes ne sont pas prises pour empêcher une nouvelle détérioration de la situation.  La crise a été aggravée par la précatité des installations sanitaires et le manque d'eau potable.

« Il est urgent d'investir dans la prévention et le traitement de la malnutrition chez les enfants pour éviter que la situation ne devienne encore plus critique », a déclaré Michel Saint-Lot, représentant d'UNICEF à Madagascar. « En fournissant aux familles un accès à l'eau potable et en traitant les enfants malnutris avec des aliments thérapeutiques, des vies peuvent être sauvées. Mais nous devons agir maintenant. »

S'attaquer à tous les facteurs de la malnutrition

Les augmentations continues des prix de certains aliments de base, couplées à une diminution marquée de la disponibilité sur les marchés, continuent d'avoir un impact négatif sur la sécurité alimentaire. De plus, les restrictions dues à la COVID-19 en cours posent des problèmes supplémentaires limitant l'accès des populations à la nourriture, aux marchés et aux emplois.

Depuis l'année dernière, le PAM et UNICEF travaillent en étroite collaboration avec le gouvernement et les partenaires malgaches pour lutter contre la faim dans le sud du pays. La crise s'aggravant, les efforts doivent être intensifiés et les agences des Nations unies sont en train de renforcer leur réponse nutritionnelle d'urgence dans le sud. Une réponse intégrée est nécessaire pour s'attaquer à tous les facteurs de malnutrition. Le traitement de la malnutrition doit aller de pair avec un plan de prévention et de réponse multisectoriel solide, en collaboration avec tous les partenaires et les autorités nationales.

Accéder aux contenus mutimedia ici