Syrie : la nouvelle année apporte peu d'espoir pour les enfants et les familles

Publié le 25 janvier 2021

Déclaration de la directrice générale d'UNICEF, Henrietta Fore

New York, le 24 janvier 2021 – « Dix ans après le début de la guerre en Syrie, les enfants continuent d'être tués, blessés, déplacés et privés de produits de première nécessité.

Pas plus tard que jeudi, deux enfants, âgés de 1 et 10 ans, ont été tués lors d'un attentat à Hama. Un autre enfant a été blessé.

A peine trois semaines après le début de la nouvelle année, au moins 15 enfants ont été tués dans des attentats avec des armes explosives et des engins non explosifs. Quinze autres enfants ont été blessés.

Dans le nord-est, la violence a déferlé dans le camp d'Al-Hol - où plus de deux tiers de la population sont des enfants - mettant des vies en danger et montrant la nécessité de solutions à long terme, notamment le rapatriement ou la réinstallation des enfants étrangers qui s'y trouvent bloqués.

Aucune issue en vue

À Hassakeh, les services de base et les infrastructures civiles continuent de faire l'objet d'attaques. L'approvisionnement en eau de la station d'eau d'Alouk, principale source d'eau pour près d'un demi-million de personnes, a de nouveau été coupé en début de semaine. Les interruptions d'eau obligent les civils à rabattre sur de l’eau insalubre, ce qui expose les gens, en particulier les enfants, à contracter des maladies hydriques potentiellement mortelles.

Dans le nord-ouest, des conditions hivernales sévères, notamment des pluies et des neiges torrentielles, ont affecté au moins 22 000 personnes. Plus de 2 millions de personnes restent déplacées et vivent dans des tentes, des abris et des bâtiments détruits ou inachevés. Cette semaine encore, un garçon de six ans serait mort lorsqu'un mur construit autour de sa tente s'est effondré sur lui au milieu des inondations et des chutes de neige.

Les enfants et les familles en Syrie ont tellement souffert au cours des dix dernières années, qu'il n'y a toujours pas d’issue en vue. Au moins 4,7 millions d'enfants ont besoin d'une aide humanitaire. L'augmentation de la pauvreté, les pénuries de carburant et la hausse des prix alimentaires obligent les enfants à quitter l'école pour travailler. Chaque semaine, la pandémie de la COVID-19, qui se propage rapidement, rend la survie des familles plus difficile et les empêche de fournir une éducation de base et une protection à leurs enfants.

UNICEF et la communauté humanitaire au sens large continuent de travailler sans relâche pour apporter leur soutien, mais nous ne pouvons pas le faire seuls. Nous avons besoin de fonds. Nous avons besoin d'un meilleur accès. Et surtout, nous avons besoin de tout le monde pour protéger les enfants et les tenir à l'abri du danger. La violence en Syrie doit cesser. »

Des contenus multimedia sont disponibles ici