TNS Sofres : 55% des parlementaires ne connaissent la Convention que de nom

Publié le 19 novembre 2009 | Modifié le 07 janvier 2016

Selon une enquête TNS Sofres pour l’Unicef et la Fondation pour l’Enfance, les parlementaires ont entendu parler de la Convention mais connaissent mal le périmètre de ce traité, pierre angulaire des droits de l’enfant.

Voici les principaux résultats de l’enquête menée auprès des députés et des sénateurs français :

  • Les parlementaires sont 98% à avoir déjà entendu parler de la Convention. Mais seulement 43% affirment s’y être déjà référé dans leur travail législatif : les 55% restants ne connaissent le traité que de nom.
  • Plus de la moitié d'entre eux (54%) ignorent que des rapports sont remis régulièrement au Comité des droits de l'enfant de Genève pour vérifier la bonne application de la CIDE.
  • Les parlementaires s’estiment les mieux placés pour garantir le respect des droits de l’enfant, le gouvernement arrive 6e.
  • 12% seulement des parlementaires classent les droits de l’enfant au rang des priorités du pays par rapport à d’autres droits (ils sont 85% à citer le chômage comme priorité du pays). 75% jugent les droits de l'enfant plutôt bien respectés en France.
  • Les droits de la femme, ceux des homosexuels et surtout ceux des étrangers sont considérés comme les droits les moins bien respectés en France.
  • Sur certaines questions, l’inquiétude des parlementaires est importante : une majorité d’entre eux juge insatisfaisante la protection des enfants contre toute forme de violence.
  • Pour les parlementaires, le droit d’aller à l’école est jugé comme étant le mieux respecté en France, tandis que le droit pour un enfant d’être entendu dans une procédure judiciaire et celui de vivre dans des conditions décentes arrivent en queue de classement.

Lire l’enquête complète

Soutenir nos actions