Yémen : quand la guerre menace un hôpital où sont soignés des enfants

Publié le 14 novembre 2018 | Modifié le 23 novembre 2018

L’hôpital Al Thawra, à Hodeïda au Yémen, est situé à deux kilomètres de la ligne de front. L’évolution du conflit met gravement en danger les enfants pris en charge dans cet établissement de soins soutenu par l'UNICEF.

Qu’adviendra-t-il des 59 enfants de l’hôpital Al Thawra d’Hodeïda au Yémen ? Ce centre de santé se trouve à deux kilomètres tout au plus de la ligne de front. Depuis leur lit, les enfants qui y sont pris en charge peuvent entendre les bombardements et les tirs, jour et nuit. Sur le terrain, nous restons mobilisés pour leur apporter du matériel de survie, des médicaments, de l’eau potable et des aliments thérapeutiques pour endiguer la malnutrition. Mais l’intensification des combats met notre travail quotidien en péril.

Pour chaque enfant, la sécurité

S’adressant aux parties prenantes au conflit, la directrice générale de l’UNICEF Henrietta Fore a demandé l’arrêt des hostilités à proximité de l’hôpital « pour s’assurer que les civils puissent y accéder en toute sécurité ». À l’intérieur du bâtiment, on redoute le pire. Le personnel médical comme les patients entendent tous le fracas des bombes.

Les enfants qui y sont soignés, dont 25 sont dans une unité de soins intensifs, ne peuvent pas se permettre que la situation empire. D’autant plus que parmi les 400 000 enfants du Yémen concernés par la malnutrition aigüe sévère, 40% vivent dans la région d’Hodeïda. Si cet hôpital doit fermer à cause de la guerre, c’est l’avenir de milliers d’enfants qui sera mis en danger.

Les combats sont de plus en plus violents autour du port d’Hodeïda également. C’est par là que transite 80% de l’aide humanitaire, du carburant et des produits acheminés au Yémen. Si le port était endommagé, détruit ou bloqué, les enfants en paieraient encore le prix.

Pour apporter votre aide aux enfants du Yémen, faites un don à l’UNICEF.

 

Soutenir nos actions