20 novembre, Journée mondiale des enfants : ils prennent la parole… et le pouvoir

Publié le 16 novembre 2017 | Modifié le 20 novembre 2017

L’UNICEF présente les résultats d’un sondage mondial, mené en France avec Harris Interactive, sur les préoccupations des 9‐18 ans. 15 enfants engagés auprès de l’UNICEF présenteront aujourd’hui ces résultats et leurs propositions au Président de la République lors d’une réunion de travail à l’Elysée.

Paris, le 20 novembre 2017 – Le droit à l’expression et à la participation des enfants est une des missions fondamentales de l’UNICEF. L’objectif de ce sondage est de mieux connaitre les préoccupations des enfants dans 15 pays dont la France, leurs points de vue sur les dirigeants du monde et ce qu’ils feraient s’ils étaient au pouvoir.

Les enfants interrogés en France apparaissent connectés et informés : 70% déclarent utiliser au moins une fois par semaine un portable, 76% indiquent s’informer via internet.

Ils se montrent très matures et soucieux des problèmes des jeunes dans le monde. À travers leurs réponses aux questions ouvertes de l’enquête, on note étonnamment peu d’évocations spontanées ayant trait au jeu, à la joie, au bonheur. Ils manifestent un souhait d’éducation, de nourriture et de sécurité pour tous : l’accès à l’éducation ainsi qu’à l’eau et à la nourriture sont les droits fondamentaux qui comptent le plus pour eux.

Harcèlement, pauvreté, famine, terrorisme : les enfants paraissent inquiets

Les enfants se montrent concernés et soucieux du contexte national et international. Ainsi, les 4 sujets qui suscitent chez eux le plus d’inquiétudes sont le terrorisme (61% d’enfants déclarent s’inquiéter beaucoup à ce sujet), le harcèlement et les mauvais traitements envers les enfants (60%) la famine (57%) et la pauvreté (53%). A l’échelle internationale, ce sont également les problématiques liées à la violence (terrorisme, maltraitance et harcèlement) qui figurent nettement en tête des inquiétudes exprimées.

S’ils étaient au pouvoir, les deux priorités des enfants seraient de transformer l’école et de mettre fin à la pauvreté. A l’échelle nationale, les jeunes demanderaient avant tout au Président de la République de transformer l’école, pour une école plus accueillante (exprimé par les 9‐14 ans) et plus ouverte sur le monde du travail (préoccupation forte des 15‐18 ans). Ils souhaiteraient également voir mis en place plus d’aides ou de gratuité pour les jeunes dans les domaines des loisirs et la culture, le logement et l’accès aux études.

En France, 66% des enfants ne font pas confiance aux dirigeants pour prendre de bonnes décisions les concernant, contre 45% pour les enfants des 14 autres pays, soit un différentiel très important. Ils se sentent également peu écoutés : seuls 20% ont le sentiment global qu’on écoute les jeunes de leur âge avant de prendre des décisions les concernant. Dans ce contexte, 88% expriment le désir de donner plus souvent leur opinion aux adultes et aux dirigeants sur les problèmes des jeunes et 92% estiment que cela améliorerait les politiques menées.
 
15 enfants de 9 à 17 ans engagés auprès de l’UNICEF présenteront aujourd’hui à Emmanuel Macron les résultats de ce sondage, leurs priorités et leurs solutions au cours d’un Conseil des ministres des enfants à l’Élysée. Lors de cette séance de travail, la pauvreté et les violences faites aux enfants, en France et dans le monde, seront mis à l’ordre du jour. Ce Conseil sera précédé d’une rencontre avec Brigitte Macron.
 
Enquête réalisée pour l’UNICEF France par Harris Interactive avec le soutien de 20 Minutes et France Inter
Enquête réalisée en ligne du 9 au 16 octobre 2017. Échantillon de 500 répondants, représentatif des enfants résidant en France métropolitaine âgés de 9 à 18 ans. 
- Les jeunes de 15 à 18 ans ont été sollicités directement pour répondre à l’enquête. 
- Ceux âgés de 9 à 14 ans ont été interrogés après avoir demandé l’autorisation à leurs parents. 
Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe et âge des enfants, catégorie socioprofessionnelle de la personne de référence du ménage et région d’habitation.

Soutenir nos actions