Au Yémen, près de 2 millions d'enfants ne sont pas scolarisés

Publié le 27 mars 2018 | Modifié le 27 mars 2018

L' éducation des enfants est dévastée après 3 ans d'un conflit qui s'intensifie.

Sanaa, 27 mars 2018 - Près d'un demi-million d'enfants ont dû quitter l'école depuis l'intensification du conflit au Yémen en 2015, ce qui porte le nombre total d'enfants descolarisés à 2 millions, selon une évaluation de l'UNICEF publiée aujourd'hui. En parallèle, pratiquement les trois quarts des enseignants des écoles publiques n'ont pas été payés depuis plus d'un an, ce qui met en danger la scolarité de 4,5 millions d'enfants.

« Une génération entière d'enfants au Yémen sont face à un avenir sombre, en raison de l'accès limité ou inexistant à l'éducation, déclare Meritxell Relaño, la représentant de l'UNICEF au Yémen. Même ceux qui restent à l'école n'ont pas l'éducation de qualité dont ils ont besoin. »

Selon l'enquête If not in school, plus de 2500 écoles ne sont plus fonctionnelles, dont deux tiers endommagées par les combats, 27% fermées et 7% utilisées à des fins militaires ou comme abris pour les personnes déplacées.

« Le trajet pour l'école est devenu dangereux pour les enfants qui risquent d'être tués en route. Par peur pour la sécurité de leurs enfants, beaucoup d'enfants choisissent de les garder à la maison. Le manque d'accès à l'éducation pousse les enfants et les familles vers des alternatives dangereuses, comme le mariage, le travail et l'enrôlement dans les combats. »

Résultats complémentaires de l'enquête If not in school :

  • Au moins 2419 enfants ont été recrutés dans les combats depuis mars 2015.
     
  • Une étude de 2016 menée dans 6 gouvernorats revèle que près des trois quarts des femmes ont été mariées avant l'âge de 18 ans, et que près de la moitié l'ont été avant l'âge de 15 ans.
     
  • Plus de 78% de tous les Yéménites vivent dans la pauvreté : 80% ont besoin d'une forme de protection sociale comme l'assistance en espèces.
     
  • Environ 1,8 million d'enfants de moins de 5 ans et 1,1 million de femmes enceintes ou allaitantes sont sévèrement malnutris, un chiffre en augmentation de 128% depuis la fin 2014.
     
  • 16 millions de Yéménites, dont près de 8,2 millions d'enfants ont besoin d'une assistance humanitaire pour accéder ou maintenir leur accès à l'eau potable et des installations sanitaires adéquates.
     
  • Le nombre de personnes ayant besoin d'aide pour bénéficier de soins de santé à plus que triplé - passant de 5 millions avant la guerre à 16 millions aujourd'hui.

Au nom des enfants du Yémen, l'UNICEF appelle les parties au conflit, et ceux qui peuvent les influencer, les autorités et les donateurs à :

  • Mettre fin à la guerre et à toutes les violations graves contre les enfants : la paix et la reconstruction sont un devoir absolu pour les enfants puissent reprendre leur scolarité et avoir l'éducation de qualité dont ils ont besoin.
     
  • Payer les enseignants : les autorités scolaires à travers le Yémen devraient travailler ensemble et trouver une solution immédiate pour fournir des salaires à tous les enseignants et personnels éducatifs afin que les enfants puissent continuer à apprendre.
     
  • Protéger l'éducation des enfants de façon inconditionnelle : toutes les parties au conflit et ceux qui les influencent doivent parvenir à l'arrêt des attaques contre les écoles pour protéger l'éducation des enfants dans tout le pays. Les enfants et les personnels éducatifs doivent être préservés de tout risque et les écoles doivent être sanctuarisées et rester des espaces protégés pour apprendre.
     
  • Augmenter les financements pour l'éducation : la communauté internationale, les donateurs et les partenaires de développement devraient soutenir des incitations financières pour les enseignants tout en recherchant des solutions à long terme pour la crise des salaires au Yémen, et continuer à soutenir le système éducatif.
     
Pour aller plus loin

Accéder au rapport "If not in school" en PDF 

Accéder aux chiffres clés sur la situation au Yémen ci-dessous :

A lire sur Twitter

Soutenir nos actions