Augmentation du nombre d'enfants réfugiés et migrants bloqués en Grèce

Publié le 26 août 2016 | Modifié le 19 septembre 2018

Avec l’augmentation soudaine des arrivées, des centaines d’enfants réfugiés et migrants supplémentaires sont coincés en Grèce, avec des besoins essentiels comme l’éducation et la protection, selon l’UNICEF. 

Athènes / Genève, le 26 Août 2016 – Davantage de personnes sont arrivées durant les trois premières semaines d’août que durant tout le mois de Juillet 206 (1 920 en juillet ; 2 289 au 24 Août). Ce nouvel afflux arrive au moment où la Grèce est en difficulté avec un système d’assistance sociale fragilisé par la crise économique actuelle, laissant les enfants réfugiés et migrants face à une double crise. Au total, les enfants représentent presque 40% de la population actuellement bloquée

« Il y a un réel sentiment que les familles réfugiées en Grèce sont dans l’attente – l’attente pour leurs demandes d’asile, d’une décision pour les transférer ailleurs en Europe, l’attente d’une scolarisation appropriée et d’aires de jeux pour les enfants, de logements décents, ou simplement l’attente de savoir ce que sera leur avenir » explique Laurent Chapuis, Coordinateur de l’UNICEF pour les réfugiés et migrants en Grèce. 

Pour les enfants, cette attente est interminable – beaucoup viennent de pays déchirés par les conflits comme la Syrie, l’Afghanistan et l’Irak et ont entièrement manqué leur scolarisation, ou on perdu des années de scolarité et n’y ont toujours pas accès aujourd’hui. « L’éducation est un moyen très puissant de protéger les enfants de toutes les formes de violence » ajoute Laurent Chapuis. « Cela signifie que nous avons besoin de joindre toutes nos forces pour amplifier les efforts du gouvernement et faire en sorte que les enfants retournent à l’école en septembre. » 

Les récentes informations d’abus sexuels, de violence et de négligence sont autant d’indicateurs des conditions de vies inappropriées et de la faiblesse des mécanismes de protection des enfants. Un service public débordé a aussi aggravé les risques pour les enfants réfugiés et migrants.

Il y a environ 27 500 enfants bloqués en Grèce et le nombre continue d’augmenter. Il y a au moins 2 250 enfants non accompagnés en Grèce pourtant, seulement un tiers se trouve dans des abris officiels. En dépit des efforts continus du gouvernement et de ses partenaires, les besoins en hébergements provisoires, en services de protection de l’enfance et d’éducation restent aigus. 

Donner aux enfants une éducation est une des priorités majeure de l’UNICEF et de ses partenaires en Grèce, particulièrement suite aux récentes informations sur les enfants en danger. 
L’UNICEF soutient les activités d’apprentissage et récréatives pour les enfants réfugiés et migrants dans le camp de Skaramangas, près d’Athènes en association avec l’ONG grecque Piraeus Open School for Immigrants, en fournissant 11 salles de classes en “container”. Les programmes d’éducation de l’UNICEF sont élargis à d’autres camps au delà d’Attique, ciblant au moins 5 000 enfants d’ici la fin de l’année et en collaboration avec le ministre de l’Education pour aider à intégrer les enfants réfugiés et migrants dans le système scolaire grec.

Nos équipes sur le terrain

Si vous souhaitez réaliser une interview à propos de la situation des enfants réfugiés et migrants en Grèce avec l'un de nos porte-parole, contactez-nous au +33 (0)1 44 39 77 70

A suivre sur Twitter...