En Croatie l’UNICEF accroît son aide pour les enfants réfugiés et migrants

Publié le 23 septembre 2015 | Modifié le 19 septembre 2018

Face à l’afflux d’enfants réfugiés et migrants en Croatie, l’UNICEF accroît son aide sur le terrain.
Zagreb / Genève, 22 septembre 2015 – L’UNICEF a mis en place deux unités mobiles d’experts en protection et bien-être de l’enfant en Croatie, alors que plus de 10 000 femmes et enfants réfugiés et migrants sont arrivés dans le pays durant la dernière semaine.

Les unités mobiles proposent des activités récréatives aux enfants et viennent en complément des structures fixes déjà mises en place pour leur permettre de se reposer, de recevoir un premier soutien psychologique, ainsi que de jouer.

Beaucoup de ces enfants sont exténués, désorientés et traumatisés par leur périple chaotique à travers plusieurs pays. Certains souffrent par ailleurs d’infections virales et de déshydratation. Ils ont besoin de se reposer, de jouer et de manger un vrai repas, après s’être nourri de conserves et d’aliments secs depuis des mois.

Des dizaines de milliers de personnes en quête de refuge ont trouvé des itinéraires alternatifs depuis que la Hongrie a fermé ses frontières avec la Serbie la semaine dernière. Certaines personnes arrivent dans le nouveau centre de réception d’Optovac, un village sur la frontière serbe, après avoir voyagé pendant des semaines dans des conditions extrêmement difficiles.

L’UNICEF et ses partenaires sont sur le terrain pour fournir une assistance humanitaire à Optovac et dans d’autres centres de réception en Croatie, où en moyenne, 5 000 personnes sont arrivées depuis mardi dernier. L’UNICEF a mis en place des espaces d’accueil pour les enfants, fournissant couches et bouteilles d’eau et ainsi que des informations sur l’allaitement pour les plus jeunes. L’UNICEF sensibilise également les personnes qui traversent la Croatie au danger des mines antipersonnel dans les zones frontalières, présentes depuis la guerre des Balkans dans les années 1990. Plus de 7 000 dépliants en arabe et en anglais ont été distribués sur la frontière.

Très peu des réfugiés passant par les ex-républiques yougoslaves de Macédoine, de Croatie et de Serbie se sont enregistrés en tant que demandeurs d’asile. Ils continuent leur périple en bus ou en train avec pour objectif des pays d’Europe de l’Ouest ou du Nord. Beaucoup fuient la violence en Syrie, en Irak et en Afghanistan.

La Croatie est l’un des derniers pays à voir une augmentation soudaine du nombre de réfugiés et migrants cherchant un passage sûr vers l’Europe de l’Ouest et du Nord. Dans l’ex-république yougoslave de Macédoine, près de 90 000 personnes – dont un tiers de femmes et d’enfants – ont été enregistrés à la frontière à Gevgelija depuis le mois de juin. En Serbie, environ 108 000 personnes ont été enregistrées à la frontière à Presevo durant la même période. Ces chiffres pourraient être deux fois élevés, en raison du grand nombre de personnes transitant par les deux pays sans se faire enregistrer.

Au nombre de 133 000 depuis début 2015 -une augmentation de près de 80% par rapport à 2014 selon Eurostat-, les enfants représentent un quart des personnes en quête de refuge en Europe cette année.

 

A suivre sur Twitter