Irak : 3,6 millions d'enfants menacés par la violence croissante

Publié le 30 juin 2016 | Modifié le 05 octobre 2016

L'UNICEF publie le rapport "A heavy price for children" et appelle à protéger les enfants, alors que le conflit menace de détruire la jeunesse en Irak.

Bagdad, Amman, 30 juin 2016  

3,6 millions d'enfants en Irak - soit un enfant sur 5 dans le pays - risquent de mourir, d'être blessés, d'être victimes de violence sexuelle, d'enlèvement et de recrutement par les groupes armés, selon un nouveau rapport de l'UNICEF.

Les enfants paient le prix fort, révèle que le nombre d'enfants exposés à ces violations a augmenté de 1,3 million en 18 mois.

Les résultats montrent que 4,7 millions d'enfants ont besoin d'une aide humanitaire - un tiers de tous les enfants d'Irak - alors que beaucoup de familles font face à une détérioration de la situation suite aux opérations militaires à Falloujah et près de Mossoul.

"Les enfants en Irak sont sur la ligne de tir et sont ciblés de façon répétée" a déclaré Peter Hawkins, le représentant de l'UNICEF en Irak. "Nous appelons toutes les parties au conflit à la retenue et au respect et à la protection des enfants. Nous devons donner aux enfants le soutien dont ils ont besoin pour guérir des horreurs de la guerre et contribuer à un Irak en paix et prospère."

Le rapport de l'UNICEF documente l'échelle et la complexité de la crise humanitaire dans un pays encore sous le choc de 4 décennies de conflit, d'insécurité et de négligence, et où l'impact sur les enfants empire de jour en jour.

Un total de 1496 enfants ont été enlevés dans le pays au cours des deux années et demi passées. Cela revient à 50 enfants enlevés chaque mois, dont beaucoup d'entre eux sont forcés de combattre ou sont abusés sexuellement.

"L'enlèvement d'enfants à leur domicile, à l'école ou dans la rue est terrifiant", déclare Hawkins. "Ces enfants sont arrachés à leur famille et sont soumis aux abus et à l'exploitation."

Le rapport montre également que près de 10% des enfants irakiens - plus de 1,5 million - ont été forcés de fuir leur foyer en raison de la violence depuis le début du conflit en 2014, souvent à de multiples reprises. Près d'une école sur 5 ne fonctionne plus à cause du conflit et presque 3,5 millions d'enfants sont maintenant déscolarisés.

L'UNICEF appelle à des actions urgentes pour protéger les droits des enfants en Irak. Voici 5 mesures concrètes qui doivent être mises en oeuvre immédiatement :

  • Mettre fin aux meurtres, mutilations, enlèvements, tortures, détentions, violences sexuelles et recrutements d'enfants. Stopper les attaques contre les écoles, les bâtiments médicaux et leurs personnels.
  • Fournir un accès humanitaire libre et  inconditionnel à tous les enfants, où qu'ils se trouvent dans le pays, y compris les zones non contrôlées par le gouvernement. Dans les zones en conflit, les civils qui souhaitent partir doivent pouvoir circuler en toute sécurité et bénéficier des services dont ils ont besoin.
  • Etendre et améliorer l'éducation pour tous les enfants déscolarisés avec des classes de rattrapage. Augmenter l'accès aux apprentissages et équiper les enseignants et les élèves avec du matériel éducatif. Ce sont les enfants qui vont construire l'Irak de demain, et contribuer à un avenir en paix et stable.
  • Fournir des programmes psychosociaux et récréatifs pour aider les enfants à guérir et à reprendre leur enfance.
  • Augmenter les financements, alors que les ressources manquent et que des coupes ont du être faites dans le soutien apporté aux enfants. L'UNICEF a besoin de 100 millions de dollars pour ses interventions en Irak en 2016.

 

Notes aux rédacteurs :

L'UNICEF et ses partenaires travaillent dans des conditions extrêmement difficiles pour apporter une aide aux enfants qui en ont besoin. Les interventions sont : le soutien psychosocial de plus de 100 000 enfants au cours des 18 derniers mois ; l'approvisionnement en eau potable pour plus de 750 000 personnes en 2016 ; la vaccination de 5,6 millions d'enfants contre la polio ; l'accès à l'éducation de 710 484 enfants.

 

Pour aller plus loin
À suivre sur Twitter