L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

En 2021, 264 villes ont intégré le réseau Ville amie des enfants 2020/2026.
Rejoignez le grand réseau
Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir

La santé maternelle et néonatale

sante-maternelle-unicef-france-enfant

© UNICEF / UN0569700 / Abdul

SOMMAIRE

  1. Qu’est-ce que la santé maternelle et néonatale ?
  2. Quelques chiffres
  3. Les étapes clés
  4. Réduire les risques de mortalité
  5. Les actions de l’UNICEF

Trop de nouveau-nés et leurs mamans meurent encore dans le monde de complications liées à la grossesse, à la naissance ou au post-partum. Pourtant, la plupart de ces décès sont évitables à l’aide de moyens connus et maîtrisés. Découvrez dans cet article les actions concrètes de l’UNICEF pour préserver la santé maternelle et néonatale et permettre à chaque maman de donner naissance à son enfant en toute sécurité.

Qu’est-ce que la santé maternelle et néonatale ?

Les complications pendant la grossesse, l’accouchement ou le premier mois de vie des enfants causent encore de trop nombreux décès dans le monde. Le premier mois de la vie est la période la plus risquée pour la survie d’un enfant. Un décès néonatal est survenu toutes les 13 secondes en 2020, s’accumulant aux 2,4 millions de décès au cours de cette seule année. Les enfants mort-nés restent un problème prioritaire avec près de 2 millions de bébés mort-nés chaque année. Les enfants mort-nés sont étroitement liés à l’accès à des soins prénatals et à des accouchements qualifiés de qualité. C’est souvent le manque de ressources ou de services médicaux qui empêchent les pays d’améliorer les chances de survie des nouveau-nés et de leurs mamans, et donc de réduire le taux de mortalité des nourrissons.

Assurer la santé maternelle et néonatale dans le monde est l’un des combats de l’UNICEF pour répondre aux objectifs de développement durable de l’ONU. Donner à chaque femme le droit de devenir mère sans danger et à chaque nouveau-né la chance de grandir et de se développer font partie des priorités de l’UNICEF.

La santé maternelle et néonatale en quelques chiffres

Entre 1990 et 2020, le taux de mortalité des nouveau-nés a considérablement chuté, passant de 40 décès à 18 décès pour 1 000 naissances. On constate donc une baisse des décès néonataux dans le monde passant de  5 millions en 1990 à 2,4 millions en 2020.

À son tour, de 2000 à 2017, le taux mondial de mortalité maternelle a diminué de 38 %, passant de 342 décès à 211 décès pour 100 000 naissances vivantes. En chiffres absolus, le nombre de femmes et de filles qui meurent chaque année des complications de la grossesse et de l’accouchement est passé de 451 000 en 2000 à 295 000 en 2017.

Pourtant le taux de mortalité maternelle et néonatale pourrait encore être diminué :

  • 6 500 bébés dans leur premier mois de vie meurent chaque jour dans le monde ;
  • 810 femmes perdent la vie quotidiennement à la suite de complications liées à la grossesse ou l’accouchement ;
  • L’Afrique subsaharienne enregistre les taux de mortalité néonatale et maternelle les plus élevés au monde ;
  • Plus de la moitié des décès maternels se produisent dans des régions en proie aux conflits ou crises humanitaires.

Les étapes clés de la santé maternelle et néonatale

Du suivi pendant la grossesse aux soins néonataux et post-partum, la bonne santé des mamans et de leurs bébés passe par plusieurs étapes clés.

La santé maternelle durant la grossesse

Pendant la grossesse, chaque maman devrait pouvoir effectuer au moins 4 visites prénatales pour s’assurer du bon développement de son bébé et de sa bonne santé. Ces visites réalisées par un professionnel de santé qualifié aident à réduire la plupart des causes de décès pendant la grossesse :

  • Complications liées à des virus comme le paludisme, la malaria ou le SIDA ;
  • Hypertension durant la grossesse (pré-éclampsie). Des médicaments permettent de réduire le risque de voir la pré-éclampsie s’aggraver en éclampsie et nécessiter une prise en charge d’urgence ;
  • Accès à la supplémentation en micronutriments.

La santé maternelle pendant l’accouchement

La présence d’un professionnel de santé pendant tout l’accouchement garantit souvent un bon déroulement de la naissance et limite ainsi les risques de décès ou de handicap du nourrisson.

Les complications qui peuvent survenir pendant l’accouchement menacent à la fois la santé de la maman et du bébé. Parmi les plus fréquentes qui nécessitent une prise en charge adaptée, citons par exemple :

  • L’hémorragie : cette dernière reste la principale cause de mortalité maternelle au monde ;
  • L’asphyxie périnatale : le nouveau-né manque d’oxygène au moment de la naissance ;
  • La rétention placentaire : lorsque la maman n’expulse pas le placenta ;
  • La disproportion fœto-pelvienne : lorsque la tête du bébé est trop grosse par rapport au bassin de la maman.

Dans les pays qui manquent de moyens sanitaires, ces complications peuvent être fatales pour la future maman ou son bébé, alors qu’une prise en charge adaptée aurait permis de sauver leurs vies.

La santé post-partum

En post-partum, quelques heures, quelques jours ou quelques semaines après l’accouchement, il est important de surveiller l’état de santé général des jeunes mamans.

L’hémorragie de la délivrance est l’un des risques les plus critiques. Elle peut se produire dès l’arrivée du bébé ou quelques heures après la naissance. Sans prise en charge adaptée, la jeune maman peut mourir en 2 heures.

Des infections, accompagnées de fièvre, peuvent aussi survenir, notamment en cas d’hygiène inadaptée pendant la naissance ou au moment de couper le cordon ombilical. Il est donc important de surveiller la température de la jeune maman pendant les premiers jours de post-partum.

Le tétanos reste aussi une menace importante pour la santé maternelle et néonatale dans les pays où la vaccination n’est pas accessible à tous. Vacciner permet de protéger la maman ainsi que le nouveau-né pendant les premiers mois de sa vie.

La santé néonatale

Le risque le plus élevé de mortalité infantile survient dans les 28 jours après la naissance. Assurer une vérification de l’état de santé du nouveau-né par un professionnel qualifié limite les risques pour les bébés de ne pas vivre au-delà de leur premier mois.

Quelle stratégie mondiale pour réduire les risques de mortalité ?

L’ONU s’est fixé 2 objectifs en lien avec la santé maternelle et néonatale :

  • Réduire le taux de mortalité maternelle sous le seuil de 70 pour 100 000 naissances vivantes, sans qu’aucun pays ne dépasse le double de la moyenne mondiale ;
  • Mettre fin à tous les décès néonataux évitables et réduire sous le seuil de 12 pour 1000 naissances la mortalité néonatale d’ici 2030.

Les complications les plus fréquentes liées à la grossesse, à l’accouchement et au post-partum sont bien connues et prises en charge dans les pays développés. Pour que chaque pays ait la capacité de les prévenir et de les prendre en charge à temps, quelques mesures sont à développer :

  • Accès aux soins adaptés pendant la grossesse ;
  • Accouchement supervisé par un personnel qualifié ;
  • Suivi post-accouchement de la maman et du bébé ;
  • Réduction du nombre de grossesses précoces ou non désirées en donnant accès à la contraception et expliquant les risques liés à une grossesse non désirée.

Comment l’UNICEF participe à la bonne santé maternelle et néonatale ?

En 2021, le plan d’action de l’UNICEF pour la bonne santé maternelle et néonatale se traduit par :

  • Le nombre de naissances vivantes accouchées dans les établissements de santé grâce aux programmes soutenus par l’UNICEF est passé à 38,9 millions, avec une augmentation du personnel de santé qualifié à 80 % dans les 52 pays les plus touchés ;
  • Les soins prénatals et postnatals se sont également améliorés : le pourcentage de femmes recevant au moins quatre visites prénatales est passé à 64 % et le pourcentage de mères recevant des soins postnatals est passé à 65 % ;
  • Les interventions de qualité des soins ont augmenté, y compris le nombre de pays mettant en œuvre des plans pour renforcer la qualité des soins de santé primaires pour les nouveau-nés et les mères, qui est passé à 39 ;
  • L’élimination du tétanos grâce à des campagnes de vaccination.

Vous souhaitez aider l’UNICEF France à préserver la santé maternelle et néonatale partout dans le monde ? Faites un don à l’association et donnez-lui les moyens de continuer ses actions pour offrir à chaque nouveau-né une chance de venir au monde et de grandir en toute sécurité.

don-unicef

Soutenir nos actions pour les enfants

Le saviez vous ? 75% de votre don est déductible de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 1000€ par an.
Faire un don