12 000 vies d’enfants de moins de 5 ans sauvées chaque jour

Publié le 22 septembre 2011 | Modifié le 24 décembre 2015

L’UNICEF et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estiment que le nombre d’enfants de moins de 5 ans qui meurent chaque année est passé de plus de 12 millions en 1990 à 7,6 millions en 2010. En comparaison à 1990, environ 12 000 vies d’enfants sont sauvées chaque jour.

Le rapport publié par l’Unicef et l’OMS mi septembre sur la mortalité infantile indique qu’en Afrique subsaharienne -la région comptant le nombre le plus élevé de décès d’enfants de moins de 5 ans dans le monde- le taux de mortalité des moins de 5 ans a baissé de 2,4% par an, entre 2000 et 2010. Cette diminution n’était que de 1,2% par an dans les années 1990-2000.

« Les progrès sont possibles, même dans les zones les plus pauvres »

« Découvrir que le taux de mortalité infantile en Afrique subsaharienne baisse deux fois plus vite qu’il y a dix ans montre que les progrès sont possibles même dans les zones les plus pauvres. Mais nous ne pouvons pas oublier le fait que près de 21 000 enfants meurent chaque jour de causes évitables », a déclaré Anthony Lake, le directeur général de l’Unicef. « Cibler davantage les investissements sur les communautés les plus défavorisées nous permettra de sauver plus de vies d’enfants, plus rapidement et plus efficacement. »

Entre 1990 et 2010, le taux de mortalité des moins de 5 ans a baissé de plus d’un tiers, passant de 88 décès pour 1000 naissances vivantes à 57. Malheureusement, ce taux de progrès est toujours insuffisant pour atteindre l’Objectif du Millénaire pour le Développement 4, de réduire deux tiers la mortalité des moins de 5 ans en 2015.

« La réduction de la mortalité infantile est liée à plusieurs facteurs, notamment à un accès étendu aux services de santé au moment de la naissance. Mais également à la prévention et au traitement des maladies infantiles, et une amélioration dans la nutrition, la couverture vaccinale et l’eau et l’assainissement », a affirmé le docteur Margaret Chan, directrice générale de l’OMS. « Cela prouve qu’investir dans la santé infantile, c’est de l’argent bien dépensé. Et c’est un signe que nous devons accélérer cet investissement dans les années à venir. »

Au Niger, par exemple, en 1990 le taux de mortalité était de 311 pour 1 000 naissances vivantes. Afin de réduire les distances entre la population et les centres de santé, une stratégie consistant à déployer des agents de santé communautaire formés pour permettre des interventions ciblées dans des milliers de nouveaux postes de santé dans le pays, a été mise en place. En 2010, le Niger a été l’un des 5 pays enregistrant la plus importante réduction du taux de mortalité des moins de 5 ans, avec le Malawi, le Libéria, le Timor-Leste et la Sierra Leone.

Lutter contre les disparités

Si les améliorations et les progrès sont encourageants, des disparités aiguës persistent.
Le rapport montre que les nouveau-nés et les nourrissons sont les plus exposés au risque de décès et que moins de progrès sont constatés pour eux que pour le reste des moins de 5 ans. Plus de 40% des décès de moins de 5 ans surviennent dans le premier mois de vie et plus de 70% durant la première année.

Les décès des moins de 5 ans sont de plus en plus concentrés en Afrique subsaharienne et en Asie du sud. L’Afrique subsaharienne est toujours la région qui a le taux de mortalité le plus élevé : un enfant sur 8 y décède avant l’âge de 5 ans – plus de 17 fois la moyenne des régions développées (1 sur 143). L’Asie du sud est en seconde position avec un enfant sur 15 mourant avant l’âge de 5 ans.

En savoir plus

Les nouvelles estimations sont publiées dans le rapport 2011 (en anglais) Levels & trends in child mortality, du groupe inter-agences des Nations Unies, sur l’estimation de la mortalité infantile (IGME). Ce groupe est dirigé par l’Unicef et l’OMS et implique également la Banque Mondiale et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

La mortalité infantile a baissé d’un tiers depuis 1990.

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions