2005, une «année d'urgences» sans précédent

Publié le 08 décembre 2005 | Modifié le 29 décembre 2015

De la dizaine de pays frappés par le tsunami à l'échec des récoltes en Éthiopie et en Érythrée, de la saison d'ouragans dévastateurs dans l'Atlantique au terrible séisme au Pakistan, il y a longtemps que l’UNICEF n’avait dû faire face à une telle succession d'urgences humanitaires.

En récapitulant les efforts continus menés pour aider à rebâtir la vie des enfants dans la zone du tsunami, l'UNICEF rappelle le réel processus de reconstruction ne fait que commencer.

Le tsunami n'a marqué que le début d'une succession extraordinaire de crises humanitaires, fait valoir l'UNICEF.

Au Darfour, la malnutrition touche à présent une partie de la population qui avait été épargnée jusqu'ici.

Malgré la nature très différente des crises humanitaires qui se sont déclarées pendant l'année, deux facteurs importants sont à retenir : leur impact à très grande échelle et le fait que pratiquement aucun continent n'y a échappé.

En mars, la reprise des combats dans l'Est de la République démocratique du Congo a rallumé un conflit de longe durée qui a déjà provoqué la mort d'un nombre de personnes estimé à 3,5 millions, dont une grande majorité de femmes et d'enfants.

Dès les premiers mois de 2005 et jusqu'en août, au plus fort de la crise, l'UNICEF a constitué des réserves de fournitures au Niger, un pays affecté par la malnutrition chronique et le manque de fonds, afin de venir en aide à 800 000 enfants menacés par l'échec des récoltes. À ce jour, plus de 12 % des enfants de moins de cinq ans au Niger ont reçu un traitement contre la malnutrition.

En septembre, l'ouragan Katrina a frappé des millions d'habitants des régions côtières du Golfe du Mexique, et en octobre, l'ouragan Stan qui s'est abattu sur une zone pauvre d'Amérique centrale a fait des centaines de victimes au Guatemala et en El Salvador, provoquant le déplacement de dizaines de milliers de personnes et laissant dans son sillage près de 300 000 individus dont la survie dépend de l'aide alimentaire internationale.

Toute l'année, la sécheresse et l'échec des récoltes en Érythrée, en Éthiopie et au Malawi ont frappé des millions d'enfants et de femmes qui vivent aujourd'hui de l'aide humanitaire internationale.

Et au début du mois d'octobre, on estime que 3,3 millions de personnes, dont près de la moitié sont des enfants, ont vu leurs maisons détruites, et qu'au moins 73 000 autres ont péri lors d'un gigantesque tremblement de terre au Pakistan. Il y aurait encore 150 000 personnes au-dessus de la ligne d'enneigement, et avec les premières chutes de neige, la situation semble désespérée pour celles qui restent isolées.

 

Soutenir nos actions