Alerte à la malnutrition en Centrafrique !

Publié le 09 mai 2014 | Modifié le 31 mars 2016

Après avoir été contraints de fuir les violences, les enfants centrafricains font face à un nouveau danger : la malnutrition. À l'hôpital de Bangui, le plus grand centre médical du pays, trois fois plus d'enfants sont traités pour malnutrition sévère par rapport à l'année dernière à la même époque. C’est un signal d’alerte !

« Ici en Centrafrique, les enfants vont plus mourir de malnutrition et de maladies connexes que par des balles ». Souleymane Diabaté, le représentant de l’UNICEF en République centrafricaine, tient des propos alarmistes, et pour cause. Les professionnels de santé, travaillant sur la nutrition en Centrafrique, estiment que 28 000 enfants souffriront de malnutrition sévère cette année dans le pays, menaçant ainsi la vie de ces enfants.
 
Depuis le début de l’année, l'UNICEF et ses partenaires ont traité plus de 6 800 enfants pour malnutrition aigüe sévère à l'échelle nationale mais le chemin est encore long. Au vu des estimations d’enfants en proie au danger de la malnutrition cette année, il devient de plus en plus important de soutenir les actions de l’UNICEF.

Pas plus d’un repas par jour…

Les conditions de vie des enfants déplacés dans les camps sont très précaires, et s’alimenter devient un défi quotidien. La plupart des enfants déplacés ne se nourrissent qu’une fois par jour. La sous-alimentation les rend particulièrement vulnérables aux maladies et aux infections telles que le paludisme. En plus de la peur permanente, du traumatisme du conflit, du manque d’eau potable et de soins de santé, s’ajoute donc le danger de la malnutrition.
 
Les 1 000 premiers jours d’un enfant, de sa conception jusqu’aux deux premières années de sa vie, sont décisifs pour son développement cognitif, émotionnel et physique. Toute complication risquerait de compromettre sérieusement sa santé. La malnutrition est bien une menace supplémentaire sur la vie déjà traumatisée de ces enfants.
 
Pour venir en aide aux enfants malnutris, les professionnels de l’UNICEF arpentent les camps de déplacés, auscultent les enfants, et les prennent en charge sur place dans des centres de santé aménagés. Pour les cas les plus sévères, l’UNICEF emmène directement les enfants à l’hôpital de Bangui, la capitale étant dans une instabilité sécuritaire permanente.
 
La situation sécuritaire en Centrafrique est alarmante et dramatique. L’UNICEF exhorte toutes les parties du conflit à faciliter rapidement un accès complet, sûr et sans entrave humanitaire aux enfants dans le besoin et pour assurer la protection des civils. Ils sont environ 2,3 millions d’enfants centrafricains pris au piège et en danger pour leur vie !
 
Pour en savoir plus :
Toutes nos actualités sur la Centrafrique
En Centrafrique, des milliers d’enfants menacés suite au regain de violence
Centrafrique : « Les enfants sont les premières victimes du conflit »
La brutalité n’épargne pas les enfants en Centrafrique

En savoir plus

L'UNICEF, principal fournisseur d’approvisionnements alimentaires
 
En 2014, l'UNICEF a fourni plus de 4 200 cartons d'aliments thérapeutiques et de lait thérapeutique, utilisés dans le traitement de la malnutrition aigüe sévère.
Nous avons encore besoin de vous pour financer les programmes de nutrition thérapeutiques et préventifs pour les enfants en République centrafricaine.
 
Merci de faire un don !

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions