Analyse de l’activité 2011 par le Directeur Général de l’Unicef France

Publié le 03 août 2012 | Modifié le 16 juillet 2015

La contribution de l’Unicef France aux programmes de l’Unicef dans le monde a atteint 61,4 millions d’euros en 2011, grâce notamment aux 70,2 millions collectés grâce à la générosité des particuliers. Les actions menées en France (plaidoyer institutionnel, sensibilisation du grand public, etc.) ont également contribué à assoir encore davantage le rôle de l’UNICEF France comme défenseur des droits de l’enfant, en France et dans le monde.

 

Gérard Bocquenet,
Directeur général de l’UNICEF France

 

Ancrer l’action et la mobilisation

L’UNICEF a pu renforcer, au cours de l’année 2011, sa double spécificité d’acteur majeur du développement et de leader en situation d’urgence, comme l’a révélé la mobilisation pour la Corne de l’Afrique.
L’UNICEF France s’est affirmé dans l’accompagnement des étapes de reconstruction; en Haïti, notamment, avec la campagne «École pour tous». De plus, l’UNICEF oeuvre à prévenir les situations de catastrophes, quand elles sont prévisibles, comme en Éthiopie ou au Pakistan, en informant les populations et en mettant en place des systèmes et des équipements pérennes.

Contribuer à l’émergence d’une conscience internationale

L’UNICEF France a concouru à défendre le principe d’équité, qui vise à garantir un même accès aux services de base pour tous les enfants, en atteignant les plus vulnérables, et à soutenir les grandes priorités de l’UNICEF au niveau international. Dans cette optique, nous menons un travail de sensibilisation, d’information et de réflexion de tous les publics, comme, par exemple, par l’organisation de la conférence VIH/sida, en novembre 2011, à Paris. Nous avons aussi encouragé les missions de Grands témoins sur le terrain, tels Robert Badinter et Boris Cyrulnik, dont l’expertise permet un approfondissement et un éclairage nouveau.

Affirmer l’UNICEF France dans le paysage institutionnel français

En favorisant la proximité avec les parlementaires et en intervenant dans les processus législatifs, l’UNICEF France s’est imposé comme un acteur incontournable des politiques de l’enfance. L’instauration des Rencontres Parlementaires/UNICEF pour l’enfance, en 2011, y a également contribué, tout comme la mobilisation des candidats, à travers le Manifeste pour l’enfance dans la perspective des échéances électorales présidentielle et législatives de 2012.

Couvrir l’ensemble du tissu territorial

Grâce au développement du réseau des collectivités Amies des enfants, l’UNICEF France peut s’appuyer sur 222 villes et 2 départements amis des enfants. Un Français sur 5 vit dans l’une de ces collectivités qui constituent un maillon essentiel pour la mise en œuvre d’un environnement favorable au développement des enfants et adolescents et à la promotion de la CIDE.

Favoriser l’engagement

Les modalités d’engagement des bénévoles, plus en adéquation avec les disponibilités et les compétences requises, ont permis l’émergence d’un bénévolat de plus en plus militant et efficace.
Nous veillons également à encourager la participation des enfants et des jeunes dans un continuum de programmes calés sur les grandes étapes de leur développement. La proposition s’étend désormais aux étudiants au sein du programme UNICEF Campus.

Sensibiliser le public et les donateurs

L’UNICEF France a poursuivi sa mobilisation en profondeur auprès du grand public en informant et sensibilisant autour des priorités liées à l’enfance dans le monde et en France. La pertinence de ce travail dans la durée se concrétise par la fidélité croissante de nos donateurs et particulièrement par le développement important du nombre de donateurs réguliers; ils sont désormais la première source de collecte de l’UNICEF France.
Grâce à tous ces soutiens – bénévoles engagés, donateurs, entreprises partenaires, collectivités locales et territoriales, et bien évidemment tous nos collaborateurs – nous avons encore réussi en 2011 à contribuer fortement à l’amélioration de la situation des enfants dans le monde.