Asie-Pacifique : après les cataclysmes

Publié le 16 octobre 2009 | Modifié le 29 décembre 2015

La région touchée par des typhons, séismes, tsunamis et inondations attend encore de l’aide internationale pour se relever. 10 millions de personnes ont été affectées par ces catastrophes naturelles.

Aux Philippines, 330 000 personnes vivent toujours dans des camps de fortune à cause des typhons Ketsana et Parma qui ont touché le pays ces dernières semaines avant de frapper le Laos, le Vietnam et le Cambodge.
Environ 6 millions de personnes ont été affectées aux Philippines par ces catastrophes naturelles successives. Pour l’instant 536 décès sont confirmés mais plus de 80 personnes sont toujours portées disparues. Les dernières estimations donnent 500 blessés et 60 000 maisons détruites. Plus de 1 000 écoles ont subi des dommages importants ou sont utilisées comme centres d’évacuation pour les familles qui n’ont plus de domicile.

Des cas de choléra

Les inondations qui ont suivi ces tempêtes tropicales ont mis la vie des familles en danger aux Philippines. Deux cas de cholera ont déjà été confirmés dans des centres de déplacés. Il y a donc un besoin urgent d’assainissement pour éviter la propagation de maladies. Près de 8 000 kits d’hygiène ont déjà été distribués.
Mais l’Unicef a aujourd’hui besoin d’un peu plus de 8 millions d’euros pour apporter une aide humanitaire dans les zones affectées. Des fonds qui serviront entre autres pour la santé, l’agriculture, la coordination et la gestion des camps de déplacés, la protection des enfants, la reconstruction…  L’Unicef France vient d’ores et déjà d’envoyer 200 000 euros aux Philippines pour l’aide nutritionnelle d’urgence aux victimes des deux tempêtes. 32 000 enfants de moins de 2 ans et 22 500 femmes enceintes et allaitantes devraient bénéficier de cette aide.

En Inde, les inondations qui ont touché le sud du pays ont fait au moins 280 morts et 2 millions de personnes affectées.

Des séismes dévastateurs

En Indonésie, les séismes qui ont touché l’île de Sumatra autour du 30 septembre ont fait 805 morts. Près de 250 personnes sont encore portées disparues. 180 000 maisons ont été endommagées.
Dans la ville de Padang, particulièrement meurtrie, près 70 000 enfants ont déjà pu retourner à l'école. L'Unicef a fourni des tentes pour abriter les classes.  68 800 euros ont été envoyés par l’Unicef France en Indonésie. Cette somme servira à la réhabilitation des systèmes de distribution d’eau dans des hôpitaux, des écoles, des centres de santé…

Au Bhoutan, plus de 5 000 personnes ont aussi perdu leurs domiciles lors du séisme et de ses répliques, qui ont touché le pays depuis le 21 septembre.
Retour à l’école

L’ Unicef travaille actuellement avec le gouvernement de l’archipel des Samoa pour assurer le retour des enfants à l’école, après le tsunami qui a frappé l’archipel le 29 septembre dernier.  Cette semaine, les 1 100 enfants privés de classe depuis quelques semaines ont rejoint d’autres élèves dans des écoles d’accueil. L’Unicef fournit du matériel scolaire à ces écoles pour permettre d’accueillir ces élèves supplémentaires en attendant la réhabilitation de leurs propres établissements. L’Unicef forme aussi les enseignants à l’aide psycho-sociale pour aider les élèves à se remettre de l’angoisse et du stress créés par le tsunami. Il est également essentiel d’informer les populations sur les comportements à adopter en cas d’urgence afin que celles-ci soient mieux préparées si de telles catastrophes venaient à se reproduire.

Soutenir nos actions