Attaque de Solhan au Burkina Faso : UNICEF fournit une aide d'urgence aux enfants et familles déplacés

Publié le 25 juin 2021

A la suite d'attaques armées contre le village de Solhan, dans la région du Sahel au Burkina Faso, UNICEF a déployé une aide d'urgence pour soutenir le gouvernement et les autorités locales dans la région de Sebba, à quelques kilomètres du village touché.

Ouagadougou, Burkina Faso, le 24 juin 2021 - L'attaque du 5 juin par un groupe armé non étatique a entraîné la mort de plus de 130 civils, dont un grand nombre d'enfants, selon les autorités nationales.

Plus de 13 000 personnes déplacées, dont plus de 9 000 enfants, recevront 2 000 moustiquaires, 500 kits d'hygiène et du savon afin de prévenir la propagation des maladies hydriques pendant la saison des pluies et de maintenir une bonne hygiène. En outre, 1 000 bâches ont été distribuées parmi la population déplacée afin de fournir un abri aux familles et d'aider les enfants à passer leurs examens de fin d'année.

En coordination avec le gouvernement du Burkina Faso, les agences des Nations unies et les organisations non gouvernementales, UNICEF a fourni une assistance immédiate, notamment de la nourriture et un accès à l'eau potable aux familles vulnérables.

« Après cette atrocité, il est essentiel d'apporter un soutien immédiat à la population et de répondre à ses besoins prioritaires : hygiène, abri, nourriture et soutien à la continuité de l'éducation », a déclaré Sandra Lattouf, représentante d'UNICEF au Burkina Faso. « Les populations civiles ne devraient jamais être des victimes ou des cibles d'attaques. Les familles et les enfants doivent être protégés partout et à tout moment. »

Une crise humanitaire sans précédent

Ces derniers mois, les attaques et les violations des droits de l'homme contre les populations civiles ont augmenté. De mars à mai 2021, les incidents de sécurité ont entraîné la mort de 152 civils. Mais pour le seul mois de juin, 178 civils ont été tués, dont de nombreux enfants.

Le Burkina Faso connaît une crise humanitaire sans précédent. On compte actuellement plus de 1,2 million de personnes déplacées à l'intérieur du pays[1], dont 61 % d'enfants, contre plus de 136 000 personnes déplacées au cours de la même période en 2019, soit une multiplication par dix en seulement trois ans.

Plus de 300 000 enfants sont actuellement déscolarisés en raison de la fermeture de 2 244[2] écoles ; environ 10 % des écoles du pays. En outre, environ 800 000 personnes n'ont pas accès aux soins médicaux en raison de la fermeture des centres de santé[3].

« Les enfants du Burkina Faso paient un lourd tribut. Avec les agences des Nations unies et nos partenaires, UNICEF mobilise des ressources pour atteindre les familles et les enfants dans les zones les plus isolées », a déclaré Sandra Lattouf.

UNICEF et ses partenaires ont accéléré l'aide d'urgence aux familles les plus vulnérables. Entre janvier et fin avril 2021, plus de 150 000 personnes ont bénéficié de kits d'hygiène (seaux, savons, bidons, tasses, etc.), plus de 28 000 enfants souffrant de malnutrition sévère ont été traités et plus de 21 000 enfants ont été vaccinés contre la rougeole, sauvant ainsi potentiellement le pays d'une épidémie de grande ampleur.

Tout faire pour protéger les enfants du Burkina Faso

Afin de garantir de bonnes pratiques d'hygiène et de prévenir la propagation des maladies, UNICEF et ses partenaires ont également entrepris la réhabilitation et la construction de puits de forage et l'installation de systèmes solaires au profit de plus de 62 000 personnes dans le besoin. Plus de 12 500 enfants ont eu accès à un soutien psychosocial pour les aider à surmonter les événements traumatisants de leur vie.  

« Alors que nous redoublons d'efforts pour aider les autorités à faire face à cette crise humanitaire dans les zones particulièrement touchées, nous soutenons également le gouvernement au niveau national pour élargir l'accès aux services de protection sociale, de santé et d'éducation pour les enfants et les jeunes dans tout le pays », a déclaré Sandra Lattouf.

« Nous devons tenir la promesse faite dans la Charte africaine des droits et du bien-être de l'enfant : protéger chaque enfant des conséquences des conflits armés, des autres catastrophes ou des situations d'urgence. Ensemble, redoublons nos efforts pour protéger les enfants du Burkina Faso », a-t-elle ajouté.

[1] 1,218,754 internally displaced persons, April 2021, Conseil National de Secours d’Urgence et de Réhabilitation (CONASUR).

[2] Rapport Education en Situation d’Urgence, May 2021, Ministère de l'éducation nationale et de la promotion des langues nationales.

[3] Health Cluster, May 2021.