Campagne de vaccination contre la méningite au Burkina Faso

Publié le 23 décembre 2010 | Modifié le 31 mars 2016

Soutenu par l’Unicef, le gouvernement burkinabé a mis en place une grande campagne de vaccination contre la méningite. En une dizaine de jours, 12 millions de Burkinabés ont reçu ce nouveau vaccin, sur une population totale de 16 millions d’habitants. Les pays de la région devraient aussi bénéficier de ce vaccin.

 

Le Burkina Faso fait partie des 25 pays d’Afrique sub-saharienne très exposés à la méningite. Du Sénégal à l’Ethiopie, cette maladie fait chaque année des ravages. Au total, 450 millions d’Africains présentent des risques face à cette maladie. Tous les 7 à 14 ans, des épidémies majeures de méningite surviennent et frappent particulièrement les enfants et les jeunes adultes. La population burkinabé étant composée à 70% de jeunes de moins de 30 ans, il était impératif d’agir au plus vite. Globalement, les personnes les plus affaiblies décèdent dans les 24 à 48 heures qui suivent l’apparition des premiers symptômes. Parmi ceux qui survivent, entre 10 et 20% souffrent de retard mental, de perte d’audition ou de troubles de l’apprentissage.

 

Un vaccin très accessible

Il s’agit du tout premier vaccin développé spécifiquement pour l’Afrique. À moins de 0,50 dollar la dose, ce nouveau vaccin, appelé « MenAfriVac » apporte une solution très abordable à l’un des problèmes sanitaires les plus graves de la région. Développé par le Projet Vaccins Méningite (PVM) – un partenariat entre l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’ONG Path, avec le soutien de la Fondation Bill & Melinda Gates – le nouveau vaccin offre aux autorités africaines une solution accessible et utilisable sur le long terme. Convaincu de l’efficacité de ce nouveau vaccin, le médecin Gianfranco Rotigliano, Directeur Régional du Bureau de l’Unicef pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre souligne que « l’Unicef l’a acheté et nous travaillons maintenant avec le ministère de la santé au Burkina Faso et auprès des communautés afin que cette campagne extraordinaire soit un succès ». Le Burkina Faso est donc le premier pays de la région où une telle campagne contre la méningite a lieu.

Le nouveau vaccin possède plusieurs avantages, en comparaison aux vaccins actuellement utilisés pour combattre les épidémies de méningite en Afrique. Il protège les enfants dès l’âge d’un an, est efficace bien plus longtemps que les vaccins utilisés jusqu’à présent pour contrôler les épidémies, et réduit nettement l’infection et la transmission de la maladie. La communauté est protégée dans son ensemble, y compris les membres d’une famille et d’autres personnes qui n’auraient pas été vaccinés.

Des campagnes similaires auront bientôt lieu au Niger et au Mali. D’ici à 2015, on estime que les vies de 150 000 jeunes adultes auront ainsi été sauvées. À noter que 2015 est la date-butoir fixée par les Nations unies pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement, parmi lesquels figure la réduction de la mortalité infantile.

Soutenir nos actions