Centrafrique : les réfugiés du Darfour ont besoin d'aide

Publié le 17 juin 2007 | Modifié le 31 mars 2016

En proie à une insécurité grandissante, la République centrafricaine compte plus de 200 000 déplacés. Depuis quelques semaines, des centaines de réfugiés en provenance du Darfour s’installent au Nord-Est du pays. L’Unicef s’est mobilisé en faveur de ces familles déplacées.

Depuis quelques semaines, des centaines de réfugiés en provenance du Darfour s’installent au Nord-Est du pays.

Grand comme la France, mais avec seulement 4 millions d’habitants, la République centrafricaine est un pays peu connu d’Afrique centrale, frontalier du Tchad et du Soudan. En proie à une insécurité grandissante, le pays compte plus de 200 000 déplacés. Depuis quelques semaines, des centaines de réfugiés en provenance du Darfour s’installent au Nord-Est du pays.

Au Nord-Est
Début juin, 2 622 réfugiés (434 familles) venus du Darfour se sont installés à Sam Ouandja à 80 km de la frontière soudanaise, en zone rebelle sous contrôle de l’UFDR*. Selon les témoignages des réfugiés, leurs villages ont été attaqués, les obligeant à fuir vers le sud-soudan et vers le nord-est de la Centrafrique.

Un millier de personnes serait encore sur la route. Le flux est constant, une dizaine de personnes arrivant chaque jour, accompagnées de leurs ânes et de chèvres, ou parfois sans rien du tout. Certaines familles sont complètement démunies. La plupart des réfugiés sont des femmes et des enfants, dans un état de grande fatigue physique, très préoccupés par leur sécurité et effrayés.

La situation alimentaire sur place est préoccupante, la population locale est déjà en grande précarité et ne mange que des feuilles de manioc, les travaux champêtres ne suffisent pas à nourrir tout le monde ce qui pourrait entraîner des cas de malnutrition, à l’approche de la période de soudure. Le manque d’accès à l’eau potable est lui aussi très préoccupant. L’UNICEF devrait fournir une assistance en matière d’eau et d’assainissement (tablettes de purification de l’eau, jerrycans…).

Une évaluation des besoins des réfugiés a été menée par les agences de l’ONU et les ONG qui ont commencé à acheminer des vivres et du matériel pour l’hébergement qui devraient être distribués rapidement avant que les routes soient impraticables à cause des pluies.

Au Nord-Ouest
Au Nord-Ouest du pays, la situation se dégrade en raison de l’augmentation de l’insécurité. Les conditions de travail pour les organisations humanitaires basées dans la région deviennent très difficiles, l’insécurité limite les déplacements et l’assistance aux personnes affectées.

La population civile est prise en étau entre militaires et rebelles qui s’affrontent. Elle subit les attaques et les représailles incessantes des forces rebelles et de celles du gouvernement. Fin mai à nouveau, plusieurs villages ont été incendiés dans la zone de Ngaoundaye, forçant des milliers de personnes à fuir dans la brousse ou pour certains au Cameroun ou au Tchad.

Dans la brousse, la population vit dans des conditions extrêmement précaires et l’approvisionnement en eau potable est très problématique. Des moustiquaires, jerrycans, bâches, couvertures et nattes fournis par l’UNICEF ont été distribués à la population.

Accord de réintégration des enfants soldats
Samedi 16 juin, l’UNICEF, le gouvernement et l'UFDR* ont signé un accord pour réinsérer les enfants associés aux groupes armés dans le nord-est de la République Centrafricaine (RCA). 400 enfants enrôlés dans les rangs des rebelles devraient être libérés. Pour l’instant, près de 200 enfants été identifiés comme étant associés avec des groupes armés dans la région de la Vakaga.

Le programme de réintégration de l’UNICEF sera fondé sur l’appui aux communautés : celles-ci seront soutenues et les services sociaux seront réhabilités pour accueillir les enfants et faciliter leur retour dans leurs familles d’origine afin qu’ils retrouvent une vie normale. Ce programme sera étendu à l’ensemble des enfants du nord-est de la RCA, afin que tous bénéficient de meilleurs soins, d’activités scolaires et récréatives, de protection et de sécurité.

Soutenir nos actions