Connect my School : l’accès au numérique en faveur de l’éducation des enfants en zone de conflits

Publié le 01 avril 2019

Fin novembre 2018, une équipe UNICEF France s’est rendue dans l’Extrême-Nord du Cameroun, avec la Youtubeuse Horia, pour découvrir l’un des programmes phares portés par UNICEF en matière d’éducation et d’innovation auprès d’enfants vivant dans des zones de conflit : Connect My School.

Lancé en avril 2017, Connect My School est un projet innovant qui consiste à donner un accès à Internet aux enfants, dans deux écoles pilotes situées dans des zones isolées de l’extrême-nord du Cameroun : l’une près de la ville de Mokolo où de nombreux enfants camerounais déplacés par le conflit ont trouvé refuge, et l’autre sur le site de Minawao qui accueille des réfugiés nigérians.

Ce projet mené en partenariat avec le secteur privé et financé par l’Union européenne, a permis l’installation d’émetteurs VSAT, alimentés par deux panneaux solaires, amenant les écoles à disposer d’une connexion à internet par satellite. 
     
UNICEF a également distribué aux écoliers des deux classes de CM2 des tablettes numériques connectées au Wifi afin de leur donner une première expérience du web. Les enfants ont ainsi accès à l’encyclopédie en ligne Wikipédia et à des jeux éducatifs. Dieudonné, l’un des enseignants, nous explique, qu’auparavant, ses élèves apprenaient Internet de manière théorique. « Désormais, ils peuvent découvrir concrètement cet outil extraordinaire. » 

 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les enseignants adoptent par ce biais de nouvelles méthodes de travail avec leurs élèves, mais opèrent désormais différemment pour préparer leur cours. Albert Matakone, professeur d’une des deux classes de CM2 de l’école publique de Baigai, nous explique comment l’arrivée d’internet dans l’école a transformé sa conception de l’enseignement

Connect My School, c’est la jeune Waïbai, 13 ans, ambassadrice du projet qui nous en parle le mieux. Aujourd’hui, la jeune fille est au collège, à plusieurs kilomètres de l’école de Baigai : elle nous raconte la première fois où elle a pu surfer sur Internet, ce que son utilisation a changé dans sa vie et les nouvelles perspectives possibles. Elle nous confie : « Des fois, j’entends des mots que je ne comprends pas au collège ou au dehors. Alors je les note et je reviens à l’école de Baigai pour chercher ce qu’ils veulent dire sur la tablette ». Imagineriez-vous marcher plus de 8 km à pied, sur une piste chaotique, pour trouver la signification d’un mot ? C’est ce que fait Waibai plusieurs fois par mois.      
    
À Baigai, les élèves de CM2 nous ont montré comment ils se servaient des tablettes numériques. Aujourd’hui, ils doivent répondre à la question : « qu’est-ce que c’est la paix ? ». Comment ces enfants de 10 à 12 ans définissent-ils cette notion, eux qui vivent dans une zone fréquemment la cible des incursions violentes de la secte Boko Haram et d’attentats meurtriers ? Par groupe de 8 à 10, les élèves commencent leur recherche du mot « paix » sur Google, pendant une quinzaine de minutes. Puis, chaque groupe désigne son porte-parole et, à tour de rôle, chacun lit à haute voix, devant une classe nombreuse mais très attentive, la définition trouvée par son groupe. Quand chacun s’est exprimé, le professeur leur propose alors une synthèse, fruit du travail collectif des élèves.  Un exemple parmi tant d’autres de ce que l’accès à internet peut changer dans la scolarité des enfants

Avec ces tablettes, les enfants peuvent également développer leur potentiel créatif puisqu’ils font aussi des photos et des vidéos destinées à alimenter leur propre blog où ils racontent leur vie quotidienne. Aicha, une jeune réfugiée nigériane témoigne : « C’est la première fois, depuis mon départ forcé du Nigéria, que je me sens semblable à toutes les autres petites filles, du Cameroun et d’ailleurs. » 

Cela leur permet aussi de découvrir de nouveaux jeux. Un groupe de jeunes filles a, par exemple, appris sur Wikipédia le jeu de la marelle et l’a directement mis en application dans la cour de récréation. 

De nouvelles perspectives d’apprentissage, une ouverture élargie sur le monde, un net gain d’autonomie et de confiance en eux des élèves, une amélioration de leur réussite scolaire, une meilleure préparation aux métiers d’aujourd’hui et de demain voilà tout, et plus encore, ce que l’accès au numérique peut apporter aux enfants de Baigaï et à tant d’autres.

Soutenir nos actions