COVID-19 : les enfants exposés à des risques accrus sur Internet

Publié le 15 avril 2020

Une nouvelle fiche technique vise à aider les États, les entreprises du secteur des TIC, les éducateurs et les parents à protéger les enfants pendant le confinement.

New York/Paris, le 15 avril 2020 - Des millions d’enfants sont exposés à des risques accrus alors que leur vie se déroule de plus en plus sur Internet en raison du confinement imposé dans le cadre de la pandémie de COVID-19, ont aujourd’hui fait savoir UNICEF et ses partenaires.

« Cette pandémie a entraîné une hausse sans précédent du temps d’écran », a déclaré Howard Taylor, directeur général du Partenariat mondial pour l’élimination de la violence envers les enfants. « La fermeture des établissements scolaires et des mesures de confinement strict ont conduit les familles à se tourner en toujours plus grand nombre vers les technologies et les solutions numériques pour que leurs enfants puissent continuer d’apprendre, de se divertir et de rester en contact avec le monde extérieur. Cependant, les enfants n’ont pas tous les connaissances, les compétences et les ressources nécessaires pour se protéger lorsqu’ils sont en ligne. »

Dans le monde, plus d’un milliard et demi d’enfants et de jeunes sont touchés par la fermeture de leur école. Nombre de ces élèves suivent désormais les cours à distance et entretiennent davantage leurs relations sociales en ligne. Le fait de passer plus de temps sur des plateformes virtuelles peut rendre les enfants plus vulnérables au pédopiégeage et à l’exploitation sexuelle sur Internet, les prédateurs cherchant à tirer parti de la situation. L’absence d’interactions directes avec leurs amis et leurs partenaires peut les conduire à prendre davantage de risques, par exemple en envoyant des images à caractère sexuel. Par ailleurs, l’accroissement du temps passé en ligne et l’absence de structuration de celui-ci peuvent les exposer à des contenus potentiellement néfastes et violents, ainsi qu’à un plus grand risque de cyber-harcèlement.

Du temps passé à domicile sur les écrans

UNICEF et ses partenaires – l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Partenariat mondial pour l’élimination de la violence envers les enfants, l’Union internationale des télécommunications (UIT), la WePROTECT Global Alliance et la World Childhood Foundation USA – publient donc une nouvelle fiche technique enjoignant les États, le secteur des TIC, les éducateurs et les parents à faire preuve de vigilance et à prendre de toute urgence des mesures visant à limiter les risques et à s’assurer que les expériences vécues en ligne par les enfants durant la crise sanitaire demeurent sûres et positives.

« Face à la menace que représente le COVID-19, la vie de millions d’enfants se limite temporairement à leur domicile et à leurs écrans. Nous devons les aider à appréhender cette nouvelle réalité », a déclaré la directrice générale d’UNICEF, Henrietta Fore. « Nous appelons les États et le secteur privé à unir leurs forces pour protéger les enfants et les jeunes en ligne via des fonctionnalités de sécurité améliorées et la mise en place de nouveaux outils pour aider les parents et les éducateurs à enseigner aux enfants les précautions nécessaires pour utiliser Internet de manière sûre. »

Parmi les recommandations provisoires visant à limiter les risques en ligne pour les enfants durant le COVID-19 :

  • États : Renforcer les services essentiels de protection de l’enfance afin de s’assurer qu’ils restent ouverts et actifs pendant toute la durée de la pandémie ; former les personnels de la santé, de l’éducation et des services sociaux aux conséquences potentielles du COVID 19 sur le bien-être des enfants, et notamment à l’accroissement des risques sur Internet ; intensifier les campagnes de sensibilisation à la sécurité des enfants en ligne et veiller à ce que les services sociaux, les écoles, les parents et les enfants aient connaissance des mécanismes de signalement locaux et disposent du numéro des lignes téléphoniques d’écoute et d’assistance ;
  • Secteur des technologies de l’information, et notamment plateformes de réseaux sociaux : S’assurer que les plateformes en ligne, et en particulier les outils d’apprentissage virtuel, sont équipés de fonctionnalités de protection et de sécurité améliorées, et qu’elles sont clairement accessibles aux éducateurs, aux parents et aux enfants ; promouvoir et faire connaître l’existence des lignes d’assistance et des services d’information en matière de protection de l’enfance ; élaborer des règles de modération standard dans le respect des droits de l’enfant ; appliquer les mesures de protection déjà à disposition et innover si besoin, et améliorer la connectivité pour élargir l’accès des enfants défavorisés à Internet dans les ménages à faible revenu ;
  • Écoles : Mettre à jour les règles de protection actuelles pour refléter les nouvelles réalités auxquelles sont confrontés les enfants qui étudient désormais de chez eux ; promouvoir les bons comportements en ligne, veiller à leur application, et s’assurer que les enfants ont à tout moment accès à des services de soutien psychologique en milieu scolaire ;
  • Parents : S’assurer que les appareils des enfants font l’objet de mises à jour logicielles régulières et qu’ils sont dotés de programmes antivirus ; avoir des discussions franches avec ses enfants sur leurs usages et leurs fréquentations en ligne ; fixer, avec la participation des enfants, des règles d’utilisation d’Internet (où, quand, comment) ; se montrer vigilant aux signes de détresse que les enfants peuvent exprimer en lien avec leur activité en ligne ; être au fait des politiques des autorités éducatives locales ainsi que des mécanismes de signalement locaux, et garder à portée de main le numéro des lignes téléphoniques d’écoute et d’assistance.

Document téléchargeable ici