Darfour : sauver les enfants au cœur du conflit

Publié le 05 novembre 2009 | Modifié le 31 mars 2016

Les fonds récoltés par l’opération Frimousses de Créateurs seront décisifs pour vacciner des enfants que le conflit laisse en plein dénuement, sans autre accès à la santé que l’assistance fournie par l’aide humanitaire.

Ces dernières années, des opérations humanitaires de grande ampleur ont aidé les familles affectées par le conflit qui touche le Darfour. Mais en mars dernier, treize ONG internationales ont été expulsées sur décision du gouvernement soudanais. Neuf d’entre elles fournissaient des soins de santé essentiels dans 43 centres. 840 000 personnes bénéficiaient de leur action sur le terrain, dans des territoires souvent difficiles d’accès. Aujourd’hui, à cause de l’expulsion de tous ces travailleurs humanitaires, de nombreuses zones font face à une absence totale de services de soins. Une absence qui a évidemment des conséquences dramatiques sur la santé des femmes et des enfants. Parmi les civils touchés par la guerre qui sévit au Darfour,  la moitié sont des enfants. On estime à 280 000 le nombre de nourrissons dans cette zone, 1,3 million d’enfants de moins de cinq ans et 320 000 femmes enceintes.

Vacciner les nourrissons et les femmes enceintes

Pour réduire la mortalité infantile au Darfour, il faut vacciner les enfants. Mais les distances à parcourir sont grandes pour atteindre toutes les populations dispersées, certaines zones sont très difficiles d’accès. Il faut donc redoubler d’efforts sur le terrain pour combler l’absence des ONG expulsées. Aujourd’hui, seul un tiers de la population au Darfour a accès à des services fixes de vaccination. Des équipes mobiles opèrent sur le terrain dans des zones reculées mais de manière irrégulière, quand le transport est possible. Le taux de vaccination reste donc toujours inférieur au Darfour par rapport aux autres états du Soudan.

Il faut aujourd’hui vacciner les enfants contre les maladies évitables, comme la rougeole, diphtérie, tétanos, coqueluche, hépatite B et tuberculose. Les fonds envoyés par l’Unicef France au Darfour aideront ainsi à fournir un support opérationnel et technique sur le terrain pour combler le vide laissé par les expulsions des ONG internationales.

Ces opérations devront permettre la vaccination de plus de 260 000 enfants de moins d’un an contre l’hépatite B, la rougeole, la polio, la diphtérie, la tuberculose et le tétanos. Soit 90% des enfants de cette tranche âge. Au moins 195 000 femmes enceintes devraient également être vaccinées contre le tétanos au Darfour.

Soutenir nos actions