Darfour : secourir les enfants malgré la suspension des ONG

Publié le 31 mars 2009 | Modifié le 31 mai 2016

L’évaluation conjointe réalisée par les équipes du gouvernement et les Nations unies sur l’impact de la suspension des ONG au Darfour, publiée le 26 mars dernier, a mis en lumière les besoins qui restent à couvrir pour les 3 mois à venir. Une évaluation de l’impact de la suspension des ONG dans les zones de transition (Sud Kordofan, Nil bleu, Abyei) va également être menée.

Eau, nutrition, santé : tous les domaines sont touchés. Besoins et actions recensés pour les 3 mois à venir.

Les Nations unies insistent sur le fait qu’elles n’ont pas la capacité pour répondre à tous les besoins. L’Unicef insiste également sur le fait que les évaluations ne prennent pas en compte les besoins au-delà des mois de mai ou juin lorsque débutent la saison des pluies et la période de soudure. L’impact de l’absence des ONG sera ressenti bien au-delà de cette période, notamment dans les programmes de surveillance nutritionnelle au Darfour.

Besoins et actions pour les 3 mois à venir

Aujourd’hui, 650 000 personnes sont privées d’accès aux services médicaux. 14% des services de santé assurés par les ONG internationales et 30% des capacités en alimentation thérapeutique ont été affectés par l’expulsion des ONG. On estime que 1,1 million de personnes ne recevront pas de rations alimentaires en mai si une solution pour procéder aux distributions n’est pas trouvée rapidement. 8 des ONG suspendues au Darfour fournissaient près de 100% des services d’approvisionnement en eau, assainissement et hygiène à quelque 990 000 personnes dans leur zones d’activité.

Afin de répondre au mieux aux besoins des populations, l’Unicef a adapté ses plans d’action pour les 3 mois à venir.

Pour les programmes Eau, assainissement et hygiène, un budget additionnel de 5,1 millions de dollars sera nécessaire. De nouveaux partenaires sont sollicités pour construire et réhabiliter les points d’eau et les installations sanitaires, approvisionner les camps de déplacés en savon (868 000 personnes), assurer la maintenance des points d’eau.

Pour les programmes Santé et nutrition, il s’agit de distribuer le matériel pour les campagnes de vaccination, fournir des kits de santé primaire, réapprovisionner plus de 200 dispensaires, distribuer au moins 150 000 moustiquaires et des sels de réhydratation orale. Mais également, approvisionner les centres nutritionnels, soutenir la couverture nutritionnelle au Darfour sud avec du plumpy doz, former plus de 800 agents de santé et volontaires, renforcer la surveillance nutritionnelle dans 60 sites. Un budget supplémentaire de 8,1 millions de dollars pour la santé et de 3,4 millions de dollars pour la nutrition sera nécessaire.

Dans les 3 régions du Darfour (Nord, Ouest et Sud), l’Unicef continue d’apporter un soutien dans les domaines de la santé, de la nutrition, de l’eau, assainissement et hygiène.

Soutenir nos actions