De la carrière de pierre à celle de futur docteur…

Publié le 27 mai 2014 | Modifié le 31 mars 2016

David a 13 ans, vit au Bénin. Élève studieux, il caresse aujourd’hui le doux rêve de devenir docteur, alors qu’il y a encore quelques années, David était un enfant forçat dans une carrière de pierre. À l’occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants, le 12 juin, nous vous racontons l’histoire de David, symbole du droit à l’éducation.

Au fond de la classe, David s’applique pour faire ses exercices. De nature timide, il n’hésite pas malgré tout à lever la main pour répondre à l’instituteur lorsqu’il a la bonne réponse. Avide de connaissances, passionné de mathématiques, il aime l’école car c’est son chemin tout tracé pour accomplir son rêve : devenir docteur.
 
À 13 ans, David est l’un des élèves les plus âgés de sa classe. Il est en dernière année à l’école primaire de Za-Kpota au sud du Bénin. Ce retard dans son parcours scolaire connait des raisons assez sombres…

Casser des pierres en plein soleil

Deux ans auparavant, David vit une tragédie familiale : son père décède, plongeant spontanément sa mère seule dans les responsabilités du foyer, à la recherche de ressources pour subvenir aux besoins. Dépassée par la situation, la mère de David est contrainte de confier provisoirement la garde de ses deux enfants à l’oncle de David qui vit au Nigéria, le temps des vacances. Le temps de trouver des solutions.
Initialement, David et son petit frère Job devaient aider la femme de leur oncle aux tâches ménagères du quotidien. Mais rapidement, à la fin des vacances, leur mère s’inquiète de ne pas retrouver ses deux garçons à la maison. Pire encore pour une maman, elle demeure sans nouvelle. Elle alerte alors des partenaires de l’UNICEF, spécialisés dans la protection de l’enfance contre les abus et les exploitations.
 
Grâce au travail d’identification de l’ONG Terre des Hommes, soutenue par l’UNICEF, David et son frère sont repérés en plein travail dans des carrières de pierre au Nigéria. Leur oncle avait troqué leur liberté contre ce labeur insupportable pour des enfants : casser des pierres en plein soleil, sous de fortes chaleurs.
Après deux semaines de négociation avec l’oncle, les travailleurs sociaux de l’UNICEF finissent par obtenir le retour de David et son frère chez leur mère au Bénin.

Le traumatisme d’un ancien enfant forçat

De retour à la maison, David est un enfant traumatisé. Il bégaye, tremble, n’arrive plus à s’exprimer, ni à extérioriser les souffrances qu’il a vécues. La dureté des conditions de travail dans la carrière l’hante tous les jours…
 
Avec son petit frère, David participe à un programme de réinsertion de l’UNICEF. En plus d’un accompagnement psychologique, il reçoit tout un équipement de matériel éducatif : un uniforme d’écolier, un cartable, un cahier et un stylo qui deviendra dorénavant son plus fidèle instrument de travail. David n’espérait pas suivre une scolarité régulière, depuis deux ans, grâce à l’action de l’UNICEF, David apprend, progresse, et bâtit des rêves dont celui d’être un futur docteur.

Pour l’UNICEF, le retour à l’école est le meilleur remède

L’histoire de David est exemplaire : celle d’un jeune garçon qui représente le symbole du droit à l’éducation pour des milliers d’enfants. Au Bénin, le travail des enfants est une préoccupation majeure, car 34 % des enfants de 5 à 17 ans sont exploités, soit 664 500 filles et garçons ! Parmi ces enfants, 67 500 ont été victimes de trafic. Comme David et son petit frère.
 
Dans le monde, on estime qu’environ 150 millions d’enfants travaillent. Pour l’UNICEF, les actions les plus durables contre le travail des enfants doivent être menées au niveau des gouvernements. L’UNICEF aide les pays à élaborer et mettre en œuvre de vastes programmes d’insertion dont le meilleur remède est le retour à l’école. Les enfants ont droit à l’éducation, l’UNICEF plaide donc pour un enseignement primaire gratuit.
 
Mais il ne faut pas occulter que le travail des enfants est souvent le seul moyen pour des familles de subvenir à leurs besoins. C’est pourquoi l’UNICEF souhaite en priorité éliminer les pires formes d’exploitation, et mettre en place des projets d’insertion professionnelle pour les adolescents.
 
Pour en savoir plus :
Tous nos articles sur le travail des enfants
Saïma, 7 ans : ''Je ramassais des chiffons dans une décharge''
[Infographie] Les enfants économiquement actifs
Témoignage : "Je suis obligé de faire travailler mes enfants"
Dossier pédagogique sur le travail des enfants

En savoir plus

Iqbal, l’histoire vraie d’un enfant esclave portée à l’écran
 
Afin de rembourser les dettes familiales, Iqbal Masih, un petit garçon de 4 ans, a été réduit en esclavage. Il fut assassiné à l’âge de 12 ans.
C’est pour rendre hommage à Iqbal, symbole de la lutte contre le travail des enfants et surtout le porte-parole de tous ces enfants exploités à travers le monde, qu’un projet de film d’animation est lancé.
Vous pouvez contribuer au financement du film d’animation « Iqbal, histoire d’un enfant qui n’avait pas peur » en cliquant ici !
 
5 % de votre contribution seront reversés à l’UNICEF pour les programmes de lutte contre le travail des enfants.

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions