Des villes amies des enfants au Canada

Publié le 17 mars 2010 | Modifié le 11 janvier 2016

3 villes de la province du Québec ont obtenu le titre de "Municipalité amie des enfants" à l’occasion des 20 ans de la Convention des droits de l'enfant.

Grâce à un partenariat entre l'Unicef Canada (bureau du Québec) et le Carrefour action municipale et famille (CAMF), le programme "Municipalité amie des enfants" voit ainsi le jour au Canada. Une première en Amérique du Nord.

Version québécoise du programme français Villes amies des enfants, "Municipalité amie des enfants" a été initiée par le Carrefour action municipale et famille (CAMF), la Fédération Québécoise des Municipalités (FQM), l’Union des municipalités du Québec (UMQ) et l’Unicef Canada.

C’est le 20 novembre 2009, en présence du ministre de la famille, que la municipalité de Saint-Bruno, la ville de Sainte-Julie et l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, toutes 3 provinces du Québec, ont reçu l’accréditation "Municipalité amie des enfants" pour la qualité des services offerts aux jeunes et leur politique locale tenant compte de l’intérêt supérieur des enfants dans la vie de la cité.

« Les enfants sont le reflet de ce que seront notre population et nos villes de demain. Il est donc important que, dès aujourd’hui, nous leur laissions la place qui leur revient », a expliqué Suzanne Roy, maire de Sainte-Julie, sur les raisons de sa politique menée en faveur des jeunes.

« La reconnaissance obtenue aujourd'hui est très importante pour Saint-Bruno. Elle confirme que notre choix d’accorder la priorité à la famille et aux jeunes dans nos orientations et nos décisions était et demeure le bon. Nous avons la certitude que cette démarche sera suivie par d'autres municipalités et nous sommes d'autant plus fiers de faire figure de pionnier en ce jour de lancement », a affirmé Réjean Bouchard, maire de Saint-Bruno.

« Cette accréditation nous incitera à poursuivre notre mission de créer des services de proximité encore mieux adaptés aux familles et aux jeunes enfants », a mentionné Réal Ménard, maire de l'arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Largement inspirée des expériences menées en France avec Ville amie des enfants, l’initiative québécoise illustre, si besoin était, le rôle clé que jouent les villes pour la promotion de la Convention relative aux droits de l’enfant et à son application.

En se développant un peu partout dans le monde (on compte environ 1 000 villes amies réparties sur les 5 continents), un véritable réseau est en train de se constituer.
 
Pour toute information complémentaire, rendez-vous sur le site de la CAMF

Inscrivez-vous

Suivez l'actualité des villes amies des enfants