En Asie et dans le Pacifique, des milliards de personnes menacés de malnutrition

Publié le 19 janvier 2021

Les agences de l'ONU mettent en garde contre l'impact économique de la COVID-19 et l'aggravation des inégalités qui engendreront la malnutrition pour des milliards de personnes en Asie et dans le Pacifique. Les habitudes alimentaires des enfants et des mères sont particulièrement exposées.

Bangkok, Thaïlande, le 20 janvier 2021 - L'impact économique de la COVID-19 sur la région la plus peuplée du monde menace de faire encore obstacle aux efforts visant à améliorer l'alimentation et la nutrition de près de deux milliards de personnes en Asie et dans le Pacifique, qui n'avaient déjà pas les moyens de s'offrir une alimentation saine avant la pandémie, selon un nouveau rapport publié aujourd'hui par quatre agences spécialisées des Nations unies.

Le rapport a révélé que 1,9 milliard de personnes n'avaient pas les moyens de se nourrir sainement, même avant l'apparition de la COVID-19 et les dommages qu'elle a causés depuis lors aux systèmes économiques et aux ressources de revenus individuels.

En raison de la hausse des prix des fruits, des légumes et des produits laitiers, il est devenu pratiquement impossible pour les populations pauvres d'Asie et du Pacifique d'avoir une alimentation saine, dont le coût est essentiel pour assurer la sécurité alimentaire et la nutrition de tous, et en particulier celle des mères et des enfants.

Les prix des denrées alimentaires et les revenus disponibles sont déterminants dans les choix des familles en matière de nutrition et d’habitudes alimentaires. Mais l'apparition de la COVID-19 et le manque de possibilités de travailler convenablement dans de nombreuses parties de la région, ainsi que l'incertitude importante des systèmes et des marchés alimentaires, ont conduit à une aggravation des inégalités, car les familles pauvres dont les revenus diminuent modifient encore leurs habitudes alimentaires, pour choisir des aliments moins chers et moins nutritifs.

Rendre les aliments nutritifs abordables et accessibles

Plus de 350 millions de personnes en Asie et dans le Pacifique étaient sous-alimentées en 2019, soit environ la moitié du total mondial. Dans toute la région, on estime que 74,5 millions d'enfants de moins de 5 ans souffraient d'un retard de croissance (trop petit pour leur âge) et 31,5 millions d'émaciation (trop maigre pour leur taille). La majorité de ces enfants vivent en Asie du Sud, où près de 56 millions souffrent d'un retard de croissance et plus de 25 millions d'émaciation. Dans le même temps, la surcharge pondérale et l'obésité ont augmenté rapidement, en particulier en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique, où l'on estime que 14,5 millions d'enfants de moins de 5 ans sont en surcharge pondérale ou obèses.

Les mauvaises habitudes alimentaires et les apports nutritionnels inadéquats constituent un problème permanent. Le coût d'un régime alimentaire sain est sensiblement plus élevé que celui d'un régime qui fournit suffisamment de calories mais qui manque de valeur nutritionnelle, ce qui montre les carences importantes du système alimentaire, pour offrir des options nutritives à tous à un prix abordable. Ces coûts sont encore plus élevés pour les femmes et les enfants, compte tenu de leurs besoins nutritionnels plus importants.

Le rapport appelle à une transformation des systèmes alimentaires en Asie et dans le Pacifique, dans le but d'accroître l'accessibilité financière et l'accès des familles à des régimes alimentaires nutritifs, sûrs et durables. Des régimes alimentaires sains et nutritifs doivent être accessibles à tous, partout. Pour y parvenir, le rapport recommande des approches et des politiques intégrées. Ces mesures sont essentielles pour surmonter les problèmes d'accessibilité et pour garantir une alimentation saine aux mères et aux enfants.

L'amélioration de l'alimentation de la mère et de l'enfant passe par le renforcement des systèmes vitaux

La nutrition est d'une importance vitale tout au long de la vie d'une personne. Les conséquences d'une mauvaise alimentation sont les plus graves pendant les 1000 premiers jours, de la grossesse à l'âge de 2 ans. Les jeunes enfants, en particulier lorsqu’ils commencent à manger leurs « premiers aliments » à 6 mois, ont des besoins nutritionnels élevés pour bien grandir et chaque bouchée compte.

L'intégration de campagnes de changement de comportement axées sur la nutrition dans l'ensemble de ces systèmes devrait conduire à une meilleure assimilation des connaissances et à la pérennisation des comportements aidant les gens à adopter une alimentation saine.

L'éducation sur ce qui constitue une alimentation saine et sur la manière de créer des environnements plus sains à la maison, à l'école et dans la communauté, ainsi que l'investissement dans l'éducation des filles et dans les infrastructures qui sous-tendent de bonnes pratiques en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène, sont essentiels.

Par conséquent, pour fournir à tous une alimentation nutritive, sûre, abordable et durable, il faut coordonner les actions avec les partenaires des systèmes d'alimentation, d'eau et d'assainissement, de santé, de protection sociale et d'éducation, afin de créer collectivement un environnement favorable.

Une plus grande attention est également nécessaire pour rendre opérationnels les politiques et les plans nationaux afin d'améliorer la prestation des services de santé pour les régimes alimentaires des mères et des enfants et les résultats en matière de bonne nutrition. Les services visant à améliorer le régime alimentaire des mères et des jeunes enfants devraient être prioritaires dans le cadre de l'ensemble essentiel de services de santé nécessaires pour lutter contre la sous-nutrition, la surcharge pondérale et l'obésité et pour parvenir à une couverture sanitaire universelle.

Dans l'intervalle, les efforts de protection sociale peuvent protéger et stabiliser les revenus et améliorer l'accès à une alimentation saine lors des catastrophes et des crises. Au moins neuf gouvernements en Asie et dans le Pacifique ont mis en place un volet COVID-19 ciblé sur la mère et l'enfant dans leurs systèmes de protection sociale. Toutefois, il est nécessaire de recueillir et d'analyser davantage de données pour documenter l'efficacité de la protection sociale dans l'amélioration de l'alimentation des mères et des enfants dans la région.

Mettre tout le monde autour de la table

Les systèmes alimentaires jouent un rôle essentiel dans la réalisation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle pour tous. Un système alimentaire durable et sensible à la nutrition est essentiel pour produire des aliments variés et nutritifs pour une alimentation saine. L'amélioration de l'efficacité et de la productivité des chaînes de valeur peut réduire le coût des aliments essentiels pour les rendre plus abordables.

Ces actions sont plus que jamais nécessaires car le visage de la malnutrition change en Asie et dans le Pacifique, avec des aliments hautement transformés et peu coûteux facilement disponibles dans toute la région. Ces aliments contiennent souvent du sucre et des graisses malsaines et manquent des vitamines et des minéraux nécessaires à la croissance et au développement. La consommation de ces aliments augmente le risque d'obésité, de diabète et de maladies cardiovasculaires.

Les gouvernements doivent investir dans la nutrition et la sécurité alimentaire sur les marchés de produits frais et dans la rue afin de promouvoir des régimes alimentaires sains. La réglementation de la vente et de la commercialisation des aliments destinés aux consommateurs, en particulier aux enfants, est importante pour réduire le surpoids, l'obésité et les maladies et les troubles alimentaires.

Le rapport appelle également à une action au sein du secteur privé, car celui-ci a un rôle important à jouer dans le soutien à la transformation du système alimentaire et de ses chaînes de production pour parvenir à une alimentation saine.

L'exploitation de ces systèmes, d'une manière coordonnée qui élargit les possibilités de lever les obstacles à l'accès et à la consommation d'aliments sains, aidera les pays et les populations d'Asie et du Pacifique à se remettre plus rapidement de l'impact économique de la COVID-19, et à être mieux préparés aux crises futures.

Le rapport intitulé « Asia and the Pacific Regional Overview of Food Security and Nutrition 2020 : Maternal and Child Diets at the Heart of Improving Nutrition », lancé aujourd'hui à Bangkok, est publié conjointement par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, le Fonds des Nations unies pour l'enfance, le Programme alimentaire mondial et l'Organisation mondiale de la santé.