Enfants rohingyas : la malnutrition en hausse de façon inquiétante

Publié le 06 novembre 2017 | Modifié le 06 novembre 2017

Les cas de grave malnutrition atteignent un taux bien plus élevé que les projections ne le laissaient penser parmi les enfants rohingyas qui ont trouvé refuge au Bangladesh.

C’est au terme d’un dangereux périple que des milliers d’enfants rohingyas ont fui les violences au Myanmar pour s’abriter au Bangladesh. Mais les conditions de vie dans les camps de réfugiés sont extrêmement pénibles : tous n’ont pas accès à l’eau, aux installations sanitaires et pour certains, la nourriture aussi se fait rare. Le taux d’enfants atteints de malnutrition sévère s’élève à 7,5%, soit le double de la prévalence constatée il y a six mois. « Ces enfants risquent de mourir à cause de problèmes que l’on peut empêcher et soigner », déplore Edouard Beigbeder de l’UNICEF Bangladesh.

L’UNICEF et ses partenaires prennent en charge environ 2000 enfants souffrant de malnutrition. Six nouveaux centres de traitement sont en cours de construction pour répondre aux besoins de la population. Beaucoup d’enfants souffrent des conditions sanitaires déplorables et sont atteints de diarrhées ou d’infections respiratoires. Depuis la fin du mois d’août, environ 600 000 réfugiés rohingyas sont arrivés au Bangladesh, dont plus de la moitié sont des enfants.

Sur le terrain, Jean-Jacques Simon de l'UNICEF Bangladesh témoigne de la situation :