Famine : l’UNICEF agit pour éviter le pire

Publié le 30 janvier 2018 | Modifié le 31 janvier 2018

En raison de conflits armés qui éloignent les populations des terres qu’elles cultivaient, plusieurs régions du monde sont menacées par la famine et les enfants souffrent de malnutrition.

Des poches de famine sont toujours d’actualité. Au Soudan du Sud, au Nigeria, en Somalie et au Yémen, des familles entières souffrent de la faim et des enfants sont atteints de malnutrition. À cause des conflits armés, les populations se déplacent en grand nombre, mais doivent laisser derrière elles les moyens de subvenir à leurs propres besoins. La sécheresse et la rareté de l’eau potable fragilisent les enfants.

Pour survivre, elle doit manger des nénuphars

L’histoire d’Angelina Nyanin et de sa nièce Nyalel, âgée de deux ans, est une illustration tragique de cette situation. La jeune femme âgée de 25 ans est la mère de cinq enfants. Ils proviennent d’un village nommé Waluk, où le mari d’Angelina a été brutalement tué durant un raid. « Quand ils ont attaqué le village, j’ai réussi à m’enfuir avec mes enfants dans les buissons, témoigne Angelina. Je suis revenue de nuit et Nyalel était là, mais sa mère avait disparu. Les hommes armés qui sont venus pendant la journée ont tué des gens au hasard. Ils ont brûlé beaucoup de maisons. »

Angelina a donc pris sa nièce sous sa garde. Mais nourrir six enfants au beau milieu d’un conflit est une épreuve quotidienne. « Trouver de quoi manger et être en sécurité sont nos principales préoccupations, explique la jeune femme. À cause des combats autour de nous, il est difficile d’avoir de la nourriture. Nous sommes obligés de cueillir et de manger des nénuphars que l’on trouve dans les marécages. Mais ça ne convient pas pour les enfants : ils perdent très vite du poids. »

Impuissante, Angelina voit ses enfants s’affaiblir sous ses yeux alors qu’elle nourrissait bien d’autres rêves pour eux : « J’aurais aimé donner à mes enfants une vie normale. Les envoyer à l’école, leur acheter de nouveaux vêtements,  les regarder jouer devant la maison pendant la journée. Mais ce n’est pas possible pour le moment. La guerre a ravagé nos vies. »

Pour elle, ses enfants et toutes les autres personnes dans la même situation, l’UNICEF et ses partenaires œuvrent pour remédier à la malnutrition. En 2017, la famine a été officiellement déclarée dans plusieurs régions du Soudan du Sud.