Génération 2030 : l’Afrique abritera deux enfants sur cinq d’ici 2050

Publié le 13 août 2014 | Modifié le 19 septembre 2017

Investir dans les enfants africains représente aujourd’hui le meilleur espoir pour tirer parti des avantages du changement démographique.

Selon  un  rapport  de  l’UNICEF Génération 2030/Afrique publié le 12 août, des taux élevés de fertilité et un nombre croissant de femmes en âge de procréer ont pour conséquence que, au cours de trente-cinq prochaines années, quasiment deux milliards de bébés naîtront en Afrique ; la population du continent doublera en taille ; et sa population d’enfants âgés de moins de dix-huit ans augmentera de deux tiers pour arriver à près d’un milliard d’enfants.
 
Un des résultats les plus importants du rapport est un déplacement massif de la population des enfants vers l’Afrique. Les projections montrent que, d’ici 2050, environ 40 % des naissances se produiront en Afrique et qu’environ 40 % de la totalité des enfants se trouveront en Afrique, une augmentation d’environ 10 % par rapport à 1950.
 
« Ce rapport doit servir de catalyseur à un débat international, régional et national sur les enfants africains, » a dit Leila Gharagozloo-Pakkala, Directrice régionale à l’UNICEF pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe. « En investissant aujourd’hui dans les enfants – dans leur santé, leur éducation et leur  protection  –  l’Afrique  pourrait  tirer  parti  des  avantages  économiques  auparavant  connus par d’autres régions et d’autres pays qui ont connu des changements démographiques similaires. »
 
Bien que les taux de survie de l’enfant se soient améliorés dans toute l’Afrique, le continent continue de représenter environ la moitié de la mortalité infantile de la planète et ce ratio pourrait s’élever à environ 70 % d’ici 2050. Le rapport relève que trois enfants africains sur dix vivent dans des zones fragiles et touchées par des conflits et que 60 % des Africains pourraient vivre dans les villes d’ici 2050. Le rapport demande qu’une attention particulière soit portée au Nigeria qui a déjà le nombre le plus élevé de naissances du continent et qui représentera quasiment une naissance sur dix sur la planète d’ici 2050.
 
« Des programmes et des politiques pour les enfants s’appuyant sur l’égalité seront déterminants pour savoir si les enfants africains pourront transformer le continent et briser les cercles vicieux de la pauvreté et de l’inégalité, » a dit Manuel Fontaine, Directeur régional à l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale.
 
« Cependant, si l’investissement dans les enfants africains ne reçoit pas la priorité, le continent ne sera pas capable de profiter intégralement de sa transition démographique dans les décennies à venir. Sans des politiques équitables et favorisant l’intégration, le rythme de croissance de la population pourrait nuire aux tentatives d’élimination de la pauvreté et augmenter les disparités. »
 
Génération 2030/Afrique demande spécifiquement un investissement dans le renforcement de l’accès aux services de santé reproductive et des efforts pour donner davantage d’autonomie aux filles et pour qu’elles puissent rester à l’école. Les plans nationaux de développement doivent s’adapter pour se préparer à ces changements démographiques, notamment à travers des systèmes d’enregistrement et de statistiques de l’état civil plus efficaces.

 

En savoir plus

Consulter le rapport

 

Soutenir nos actions