Haïti : Rodrigue, Sindy et tous les autres

Publié le 01 février 2010 | Modifié le 31 août 2015

Enfants séparés, orphelins. Ils ont besoin d’aide pour retrouver leurs parents ou leurs proches.

Port-au Prince, 29 janvier 2010. Rodrigue essuie les larmes qui coulent sur ses joues. Mais il continue de parler. Il n’a que douze ans et a perdu ses parents le 12 janvier dernier, lors du séisme qui a frappé Haïti. Il raconte son histoire au personnel de l’Unicef. Comment il a survécu au séisme. Comment il s’est retrouvé dans cet orphelinat, tout seul.

« Je jouais au foot dehors, avec deux amis. Et j’ai entendu le séisme, j’ai senti le sol trembler, explique le garçon. J’ai couru jusqu’à ma maison mais je l’ai trouvée détruite, et mes parents étaient morts. »

L’Unicef s’est rendu dans plus de 60 orphelinats à Port-au-Prince, identifiant et enregistrant des enfants qui, comme Rodrigue, sont devenus orphelins ou ont été séparés de leurs familles à cause du séisme.

Rodrigue espère retrouver ses trois grandes sœurs. Il pense qu’elles sont vivantes. Pour l’aider et aider tous les autres orphelins ou enfants séparés d’Haïti, l’Unicef et ses partenaires doivent fournir tous les efforts possibles pour retrouver les parents mais aussi les proches de ces jeunes. « C’est seulement lorsque nous avons épuisé toutes les options que nous étudions d’autres alternatives pour ces enfants, explique Caroline Bakker, chargée de protection des enfants à l’Unicef. Et les adoptions internationales et nationales sont alors des options. »

L’histoire de Sindy

Dans certains cas, la réunification familiale semble impossible. Mais il y a d’heureuses surprises. Des enfants ont pu retrouver les leurs.

Sindy, 11 ans, avait quitté sa famille qui vit à la campagne pour aller à l’école à Port-au-Prince. Elle vivait avec son oncle et sa tante. Mais a été séparée d’eux pendant le séisme. Blessée et seule, elle a réussi à rejoindre un hôpital. Lorsque ses parents ont appris qu’un séisme avait dévasté la capitale, ils se sont rués à Port-au-Prince pour retrouver leur fille. « Mais nous n’avons pas réussi à la retrouver, j’étais affolé, je ne savais pas quoi faire », explique le père de Sindy.

L’hôpital dans lequel Sindy avait trouvé refuge a contacté l’Unicef, qui a retrouvé l’oncle puis les parents de l’enfant.  Sindy était bouleversée. « Ils ont appelé mon oncle puis m’ont emmenée chez mes parents. J’étais si heureuse de les voir. On s’est serré dans nos bras, ils étaient heureux de me retrouver aussi. »