Il est urgent d'agir maintenant pour garantir un approvisionnement suffisant en seringues de vaccin COVID

Publié le 28 octobre 2021

L'augmentation de la demande, les perturbations de la chaîne d'approvisionnement et le « nationalisme des seringues » pourraient entraîner des difficultés importantes en 2022 si des mesures immédiates ne sont pas prises. Déclaration de la directrice générale d'UNICEF, Henrietta Fore.

New York, le 27 octobre 2021 – « Si l'on n'agit pas maintenant, le monde pourrait être confronté à une grave pénurie de seringues de vaccin COVID d'ici la fin de 2022, ce qui pourrait avoir des conséquences désastreuses pour l'effort mondial visant à maîtriser la pandémie.

Le mois dernier, les partisans de l'effort mondial visant à fournir un accès aux vaccins COVID-19 se sont alignés sur un nouvel objectif lors du Sommet sur les vaccins qui s'est tenu en marge de l'Assemblée générale des Nations unies : vacciner au moins 70 % de la population de chaque pays contre la COVID d'ici à 2022. Cet objectif ambitieux vise à tenir la promesse d'un accès plus égalitaire aux vaccins COVID-19.

Cependant, alors que nous améliorons collectivement l'accès aux vaccins COVID-19, nous devons également améliorer l'accès aux seringues nécessaires à leur administration.

2,2 milliards de seringues pourraient manquer

En étroite collaboration avec ses partenaires, UNICEF a mené des opérations. Nous avons triplé le nombre de seringues commandées pour répondre à la demande - en sécurisant près de 3 milliards de seringues autobloquantes depuis 2020, y compris la création d'un stock d'un demi-milliard de seringues financé par GAVI pour préparer le déploiement du vaccin COVID-19.

Jusqu'à présent, cet approvisionnement a été suffisant pour répondre aux besoins accrus en seringues approvisionnées via UNICEF. Cependant, pour atteindre les nouveaux objectifs de vaccination COVID-19, et en supposant que l'approvisionnement en vaccins ne soit pas entravé l'année prochaine, il pourrait manquer jusqu'à 2,2 milliards de seringues autobloquantes, selon les projections d'UNICEF. Cette pénurie ne concernerait que le type de seringues qui se verrouillent automatiquement pour empêcher leur réutilisation, comme l'exigent les directives de l'OMS et d'UNICEF. Les pays à revenu faible ou intermédiaire - où ce type de seringue est essentiel pour la sécurité - seront les plus touchés par cette pénurie. Nous ne prévoyons pas de pénurie importante pour les seringues plus standard utilisées dans les pays à revenu élevé.

La pénurie prévue est le résultat d'une demande nettement plus élevée, de perturbations dans les chaînes internationales de transport et d'approvisionnement, d'un approvisionnement imprévisible en vaccins en raison d'une dépendance importante à l'égard des doses données, qui sont indispensables, et des interdictions nationales d'exportation de seringues.

Six mesures urgentes et réalisables

Pour éviter ce scénario, nous devons prendre six mesures urgentes, mais réalisables :

  1. Un accès élargi à l'approvisionnement, à la fois en seringues standard de 0,5ml autobloquantes utilisées pour la plupart des vaccins COVID-19 et pour la vaccination de routine, et en seringues de 0,3ml utilisées pour le vaccin COVID-19 de Pfizer-BioNTech. Cela nécessitera nécessairement une augmentation de la production par les fabricants de produits pertinents et dont la qualité est assurée.
  2. Un approvisionnement plus sûr et prévisible des vaccins COVID-19 pour nous permettre d'utiliser au mieux l'approvisionnement limité en seringues.
  3. La priorisation des expéditions de matériel d'injection par les transporteurs internationaux de marchandises, similaire à la priorisation des expéditions de vaccins.
  4. La fin du « nationalisme des seringues » et de la thésaurisation du matériel d'injection sûr dont nous avons désespérément besoin.
  5. Un examen des plans et du calendrier des campagnes de vaccination locales, ainsi que de l'échelonnement des déploiements locaux de la vaccination contre le COVID-19, afin d'optimiser l'impact sur la santé publique des campagnes de vaccination mondiales et d'utiliser au mieux l'approvisionnement mondial en seringues sans affecter de manière significative les efforts de vaccination essentiels dans le monde entier.
  6. La prise en compte d'une utilisation élargie des seringues de prévention de la réutilisation (RUP), dont la qualité est assurée, comme deuxième meilleure alternative aux seringues autobloquantes, conformément à la politique nationale des pays bénéficiaires basée sur les directives de l'OMS/UNICEF.

Nous travaillons avec des partenaires clés - notamment les États-Unis, COVAX, PATH, les donateurs, les fabricants de seringues et d'autres - pour prendre les mesures nécessaires afin de remédier à la situation, et nous continuerons à surveiller les progrès. Nous nous efforçons de tirer le meilleur parti de nos accords existants et de signer de nouveaux accords avec des fournisseurs de seringues capables de relever le défi en 2022.

Nous sommes reconnaissants à nos partenaires pour leur soutien et leurs efforts pour relever ce défi critique d'approvisionnement.

Nous appelons les gouvernements, les fabricants et les organisations participant à l'effort mondial de vaccination contre le COVID-19 à travailler ensemble sur ce défi commun, avec la conviction partagée que si nous prenons ces mesures simples, il y aura suffisamment de seringues pour répondre aux besoins du monde.

Une once de prévention vaut une livre de guérison. Ensemble, nous pouvons éviter que le défi soluble d'aujourd'hui ne devienne le défi insoluble de l'année prochaine. »

Note aux rédactions
Le déficit prévu est basé sur les estimations du marché d'UNICEF concernant l'approvisionnement en seringues. Il est théorique et suppose que COVAX appelle ses options, que l'approvisionnement en vaccins ne soit pas entravé en 2022 et que les pays soient en mesure d'absorber les doses. Le déficit pourrait être moins important si les pays demandent moins de doses et, par conséquent, moins de seringues.