Ils lèguent tout à l'UNICEF, après avoir été famille d’accueil pour plus de 20 enfants en difficulté

Publié le 06 juin 2017 | Modifié le 12 juin 2017

Témoignage d’Angèle et Jean-Claude*, 63 et 66 ans, qui ont fait le choix de transmettre leur patrimoine à l’UNICEF pour aider les enfants défavorisés et leur offrir un avenir meilleur.

« Nous avons beaucoup soutenu financièrement nos familles par le passé. Maintenant qu’elles sont en sécurité, nous nous sommes dit : et nous ? Que deviendra l’autre quand je partirai, comment le protéger ? Mais aussi : quel est notre souhait pour la suite ?

En temps normal, les parents transmettent leurs biens à leurs enfants... La vie a fait que nous n’en avons pas eu, mais la cause de l’enfance nous tient vraiment à cœur. Nous avons été famille d’accueil toute notre vie, nous avons épaulé de nombreuses familles en difficulté en prenant soin temporairement de leurs enfants – plus de 20 au total ! C’était donc une évidence pour nous de continuer en ce sens.

A la recherche d’une solution, nous sommes allés chez le notaire, qui nous a expliqué comment fonctionnait le legs aux associations. Nous sommes repartis chez nous avec le guide de tous les organismes et l’avons lu jusqu’à la dernière page… la preuve, nous avons choisi l’UNICEF !

Avec tout ce qu’on a pu entendre, nous voulions une organisation sérieuse, qui contribue vraiment à la cause, et qui serait neutre. L’UNICEF est toujours très bien noté par la Cour des Comptes, on est sûr que l’argent va bien aux enfants, et ils sont apolitiques et areligieux. Et à chaque fois qu’il y a une catastrophe quelque part dans le monde, on voit à la télévision que l’UNICEF est là pour s’occuper des enfants.

« C’est un grand soulagement »

Nous avons appelé l’UNICEF France, la personne qui s’occupe des bienfaiteurs a répondu très gentiment à toutes nos questions. Nous souhaitions faire rapidement les démarches, le notaire nous a donc donné les formules à mettre dans notre testament… et en un mois c’était concrétisé ! C’est un grand soulagement : nous savons désormais qu’au décès de l’un de nous, l’autre est protégé et hérite de la totalité de nos biens… et qu’à son départ, tout ira ensuite aux enfants du monde. Nous n’avons pas travaillé dur toute notre vie pour rien, cela va bénéficier à une cause qui en a bien besoin et qui nous tient à cœur !

Cette cause est une telle évidence : un enfant est vulnérable, il ne peut pas se défendre ! Comment soutenir le regard d’un enfant qui a peur, faim ou froid et faire comme si on n’avait rien vu ? Il faut que toutes ces horreurs cessent dans le monde et que les droits de chaque enfant soient respectés.

Aux gens qui comme nous se posent la question, nous leur dirions qu’il y a des solutions à toutes les situations : il suffit de prendre conseil auprès d’un notaire, se donner le temps de la réflexion… et ne pas avoir peur – rédiger son testament ne veut pas dire mettre un pied dans la tombe ! C’est au contraire vivre plus sereinement, libéré des inquiétudes. Et puis rien n’est figé, un testament ça se modifie… Mais pour notre part, une chose est sûre : ce seront bien les enfants défavorisés qui bénéficieront de nos petites économies ! »

 

*Les prénoms ont été changés pour respecter le souhait d’anonymat du couple : « Nous faisons ce choix du legs à l'UNICEF, comme d’autres personnes, en toute sincérité et simplicité, nous ne souhaitons pas être mis en avant merci ! »

 

 

Média

"Un jour, un enfant qui ne sait encore rien de vous pensera à vous tendrement..."

Découvrez le nouveau spot vidéo de l'UNICEF France pour faire connaître le legs aux enfants du monde !