Inde : l'UNICEF contre la mortalité maternelle

Publié le 12 mars 2006 | Modifié le 31 août 2015

Bindu Modi, est une jeune femme d’une vingtaine d’années qui vit à Purulia dans le Bengale Ouest, en Inde. Anémique et souffrant d’hypertension, Bindu, sur le point d’accoucher, va comme beaucoup de femmes être confrontée à de nombreuses complications. Toutefois, malgré une importante perte de sang, Bindu a survécu jusqu’à présent, dans ce pays où une femme meurt toutes les quatre minutes des suites de sa grossesse.

On définit la mortalité maternelle comme la mort d’une femme soit pendant sa grossesse, soit lors de l’accouchement, ou encore dans une durée de 42 jours après la naissance de l’enfant. Les principales causes de mortalité maternelle sont l’hémorragie (ce cas de figure représente 47% de la mortalité maternelle recensée en zones rurales), des infections ou encore des avortements dans de mauvaises conditions.

En Inde, le nombre de décès annuel lors de l’accouchement s’élève à 136 000 ce qui porte le taux de mortalité maternelle à 540/100 000, taux qui augmente à 619/100 000 dans certaines régions rurales.

Les pratiques sociales, le statut de la femme, la difficulté d’accéder aux services de santé, le manque d’équipement et l’insuffisante formation du personnel dans le domaine obstétrique n’encouragent pas les femmes à se déplacer : 65% des femmes accouchent chez elles, en ne bénéficiant d’aucune aide.

Des programmes nationaux ont souligné le besoin d’une protection universelle pour les femmes enceintes comprenant les soins prénataux, la préparation à l’accouchement et l’urgence obstétrique. C’est dans ce cadre que le ministère de la Santé indien a lancé un programme pour changer le mode d’intervention. Ce programme prend également en compte la santé des nouveau-nés en intensifiant la présence de l’équipe soignante lors de l’accouchement. En développant les enquêtes sur les décès maternels et périnataux, l’UNICEF mène une évaluation de la qualité des soins.

L’amélioration de la santé maternelle est l’un des objectifs de la déclaration du Millénaire. Le 5e objectif, en particulier, a l’ambition de réduire de trois quarts le taux de mortalité maternelle entre 1990 et 2015.

Soutenir nos actions