Inondations au Sri Lanka : « Nous avons tout perdu ! »

Publié le 21 janvier 2011 | Modifié le 28 décembre 2015

Depuis la fin décembre, des pluies torrentielles se sont abattues sur le Sri Lanka, provoquant des inondations dévastatrices. La majorité des personnes affectées, au nombre d’1 million au plus fort de la montée des eaux, sont maintenant rentrées chez elles, mais sont dans le dénuement le plus total. L’Unicef lance un appel de fonds pour aider ces familles qui ont encore une fois tout perdu.

 

 

Il y a quelques jours encore, impossible d’accéder au petit village reculé de Karaiyakantivu autrement que par bateau, tant les routes étaient inondées. Aujourd’hui, les pluies torrentielles qui s’abattaient sur l’île sans discontinuer depuis plus de deux semaines ont cessé, et le niveau des eaux commence à baisser. Les familles parties se réfugier sur les hauteurs peuvent enfin revenir chez elles, mais à leur retour, elles ne trouvent que des décombres : l’eau est montée jusqu’à deux mètres dans leurs maisons et a tout détruit. Bouleversée, une grand-mère explique : « Nous avons tout perdu, ustensiles de cuisine, matelas, linge, les jouets et les livres scolaires des enfants… Il fait très froid, notre maison est en ruines, qu’allons nous faire ? »

 

« Des années de conflit, le tsunami de 2004, et maintenant des inondations ! »

 

Ces familles, déjà très pauvres, commençaient à peine à se reconstruire : « Elles avaient déjà dû quitter plusieurs fois leurs maisons à cause des conflits de ces dernières années et du tsunami qui a frappé l’île en 2004, et maintenant elles doivent faire face à ces inondations ! » explique Mervyn Fletcher, du bureau de l’Unicef au Sri Lanka. Majoritairement pêcheurs ou agriculteurs, ces Sri Lankais ont désormais perdu, en plus de leurs bien personnels, leur source de revenus : matériel de pêche et récoltes ont été détruits par les eaux. Les enfants, eux, ne pourront pas reprendre tout de suite le chemin de l’école, tant le mobilier et les fournitures scolaires ont été endommagés.

Au plus fort des inondations, on comptait un million de personnes affectées. Pour leur venir en aide, l’Unicef a procédé à l’envoi de deux chargements de fournitures : 50 citernes d’une capacité de 1000 litres d’eau chacune, des tablettes de purification d’eau, des bâches, des kits d’hygiènes comprenant des serviettes, du savon, ou encore de la lessive, des seaux en plastique, des matelas, des marmites pour cuisiner…

 

Un appel de fonds de 7,35 millions d’euros

 

Aujourd’hui, on compte 17 000 déplacés, la majorité des familles étant rentrées chez elles. Mais les besoins des uns comme des autres restent énormes : n’ayant plus rien à manger, la population ne peut compter que sur les distributions de nourriture faites par le gouvernement ; suite aux inondations, 66 000 puits ont été contaminés, faisant craindre l’augmentation de cas de maladies liées à l’eau ; enfin, on craint des cas de malnutrition, l’insécurité nutritionnelle des enfants de moins de 5 ans étant déjà fragile avant les inondations.

Pour continuer à fournir à ces enfants et à leurs familles l’aide dont ils ont besoin, l’Unicef lance un appel à la générosité du public : 7,35 millions d’euros seront nécessaire pour faire face à l’urgence dans les 6 mois à venir.
 

En savoir plus

Faits et chiffres

- 1 million de personnes affectées au plus fort des inondations
- 40 morts, 4 disparus, 51 blessés
- 250 km de côtes inondés dans l’est de l’île
- Les secteurs de Batticaloa et Ampara particulièrement touchés

Carte des zones affectées au Sri Lanka, petite île au sud-est de l'Inde.

Soutenir nos actions