IRAK : l'UNICEF s'inquiète de la présence éventuelle d'enfants en prison

Publié le 13 mai 2004 | Modifié le 31 août 2015

L’UNICEF est profondément troublé par les informations selon lesquelles des enfants auraient pu faire partie des victimes de mauvais traitements dans des centres de détention et des prisons en Irak.

Bien que ces informations n’aient pu être vérifiées de façon indépendante, elles sont très préoccupantes.

Tout mauvais traitement, toute violence sexuelle, toute exploitation ou torture d’enfant constitue une violation du droit international – notamment la Convention relative aux droits de l’enfant, la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, le Pacte international relatif aux droits civils et politique et les Conventions de Genève et leurs protocoles additionnels.

La détention ou l’incarcération d’un enfant ne doit être qu’une mesure de dernier ressort et d’une durée la plus brève possible. Pour leur sécurité et leur protection, les enfants ne devraient jamais être incarcérés avec des adultes et devraient avoir immédiatement accès à une assistance juridique, médicale, psychologique ou autres soins appropriés. Ces normes s’appliquent à tous les cas concernant des enfants, y compris ceux qui sont considérés comme des combattants.

Toutes les personnes en détention doivent être traitées avec humanité et dans le respect de la dignité inhérente à la personne humaine. Il incombe en particulier aux Etats de protéger les enfants et de veiller à ce que leurs représentants connaissent les normes internationales pertinentes et les fassent appliquer.

Soutenir nos actions