Jeanne : « Il faut sensibiliser au patrimoine solidaire »

Publié le 23 février 2011 | Modifié le 23 décembre 2015

Le bénévolat, ça la connaît ! Impliquée dans plusieurs associations avant de se tourner vers l’Unicef, Jeanne Rivieyran fait maintenant partie des bénévoles de notre organisation depuis 15 ans. Au fil du temps, son engagement a pris tout son sens. Il y a un an et demi, elle a voulu « aller encore plus loin », et c’est comme ça qu’elle s’est tournée vers le patrimoine solidaire. Une manière comme une autre de collecter des dons pour l’Unicef, bien qu’elle soit encore souvent méconnue du public.

Bordelaise au caractère bien trempé, Jeanne illustre à elle seule les motivations qui portent les bénévoles de notre organisation à poursuivre leur engagement. Membre incontournable de l’équipe de bénévoles du comité de Gironde (33), la sexagénaire a de l’énergie à revendre.

De l’extérieur, on a souvent tendance à cantonner le legs, la donation ou l’assurance-vie à des mots qui font peur, car en rapport avec le mort. Pour l’Unicef, au contraire, ces mots symbolisent quelque chose de positif : la gestion du patrimoine alliée à la générosité. Mais quand on demande à cette ancienne enseignante en gestion pourquoi elle a souhaité s’occuper du patrimoine solidaire, on comprend mieux toute l’importance que cela revêt pour l’Unicef. « Le contact avec le public, les jeunes, j’en avais fait le tour, et en vieillissant, j’ai voulu aller plus loin. L’idée d’aller vers le patrimoine solidaire me plaisait bien. Il y a tellement d’argent qui part à l’État ou on ne sait où… », soupire t - elle, « alors que le patrimoine solidaire permet de faire des dons utiles (ndlr : de son vivant ou pour prolonger un engagement post mortem), et en toute simplicité ». Et elle poursuit : « Quand j’ai découvert la campagne « Offrez-lui un avenir en héritage », je me suis dit que c’était ça » !

Au fait, référente en patrimoine solidaire, en quoi cela consiste t-il ? « Au quotidien, il s’agit surtout de contacter les notaires et de prendre rendez-vous pour présenter notre mission. Il faut prendre le temps de les rencontrer pour leur parler de ce que l’on fait pour le patrimoine solidaire, car ils n’y pensent pas. », explique Jeanne. On imagine qu’il n’est pas toujours évident de se glisser dans l’agenda surchargé d’un notaire qui n’a jamais entendu parler du patrimoine solidaire. « Parfois, au bout de 3 ou 4 coups de fils, quand ça ne donne rien, on est un peu déçu. », reconnaît-elle. Mais elle enchaîne tout de suite : « Et quand les choses se concrétisent, hop ! On redémarre ! Une fois que le contact est bien établi, quand on les sollicite, on est bien accueillis ». Preuve qu’il ne faut pas se décourager : grâce à nos bénévoles, le total de la collecte des dons rattachés au patrimoine solidaire a permis de rassembler 5,9 millions d’euros en 2009.

Faire un don pour ceux qui en ont besoin

En plus des notaires, Jeanne se charge aussi de prendre rendez-vous avec les gestionnaires en patrimoine et les entreprises de pompes funèbres, afin de mettre à disposition du grand public des dépliants sur le patrimoine solidaire. Même s’ils sont difficiles à toucher, Jeanne reste pleine d’entrain.  « On ne baigne pas dans la mort vous savez ! ». À 67 ans, on peut dire qu’elle voit la vie du côté pragmatique. « La mort, plus on en parle tôt, plus elle est loin ! », s’exclame t-elle avec le sourire. « Je souhaite à chacun une longue vie, mais personne n’est éternel. Et au lieu de ne rien faire de son argent quand on décède, autant anticiper,  pour donner aux enfants qui en ont besoin pour vivre », affirme t-elle.

À la retraite depuis plusieurs années, Jeanne occupe son temps entre sa famille, ses voyages et l’Unicef. D’ailleurs elle raconte fièrement que les premières lettres que l’ainé de ses petits neveux a su lire, « c’était Unicef ». S’il y bien une chose que l’on peut retenir de Jeanne, c’est son optimisme. « Après la guerre, je me souviens avoir bu du lait à l’école, grâce à l’Unicef. Alors je pense continuer mon engagement tant que ce sera possible ! », conclut-elle avec enthousiasme.