Judith Léveillée, le goût et la passion du terrain

Publié le 31 octobre 2013 | Modifié le 31 mars 2016

Depuis août 2013, Judith Léveillée est représentante adjointe de l'UNICEF en République centrafricaine (RCA), théâtre d’un conflit armé dont les conséquences pèsent gravement sur les populations civiles. Œuvrant pour l’UNICEF depuis 14 ans, elle explique les raisons  de son engagement.

Mai 1999, le Kosovo. La guerre déjà. Au crépuscule de ce conflit, Judith Léveillée débute sa carrière à l’UNICEF en Albanie, chargée de la participation des jeunes, de la prévention du VIH et des violences sexuelles. Canadienne de nationalité, elle est passionnée par les mutations historiques du Vieux continent, et c’est tout naturellement que ses aspirations professionnelles l'emmènent vers l’Europe. «J’avais 16 ans quand le mur de Berlin est tombé, et j’étais fascinée par les changements en Europe centrale et orientale » se souvient-elle. Diplômée en sciences sociales et politiques, naviguant aussi bien dans les relations internationales et les politiques économiques, Judith Léveillée avait à cœur de passer de la théorie à la pratique. « Lorsque l’UNICEF m’a proposée un poste en Albanie, j’ai senti que c’était une chance unique de voir si ce que j’avais lu et étudié correspondait à la réalité du terrain. »
Le terrain, c’est justement ce qui anime la Canadienne depuis 14 ans.
 
Une globe-trotteuse expérimentée de l’humanitaire
 
Canada, Albanie, États-Unis (au siège à New York), les îles Fidji dans le Pacifique, Vietnam, Yémen, Cambodge, et maintenant la RCA, Judith est une globe-trotteuse dont l’activité n’a rien d’une promenade de santé. Au fil de ses nombreuses expériences, elle a pu toucher à des missions variées : élaboration de matériel de formation, programme de développement de l’adolescent, protection des enfants, prévention du VIH, promotion des droits des enfants de moins de trois ans…

C’est cette solide expérience, au plus près des populations, que Judith met aujourd'hui au profit de sa nouvelle mission en RCA, dans une situation aux conséquences gravissimes pour les enfants et leurs familles.

 
L’amour du travail, la passion du terrain
 
Le programme de sa journée de travail est à la fois chargé et varié. « Suivre la mise en œuvre de nos actions d'urgence, organiser les réunions de coordination avec mes homologues des autres organisations humanitaires, s'assurer de la bonne utilisation de nos ressources, rédiger toutes sortes de documents, donner des interviews pour alerter sur la situation », énumère Judith Léveillée avec passion. « J'apprends chaque jour de nouvelles choses ».

Aguerrie par l’expérience du terrain au contact des  acteurs d’ONG et de la société civile, Judith Léveillée puise son énergie dans la cause des enfants. Car pour elle, « Chacun d'entre eux compte ».

En savoir plus :

En savoir plus

Résumé de la situation en RCA
 

En décembre 2012, différents groupes rebelles se sont rassemblés sous le nom de Séléka (« coalition » en sango) et ont occupé successivement les villes du nord-est, du centre et du centre-est du pays. Entre le 23 et le 25 mars 2013 les troupes de la Séléka sont entrées dans la capitale Bangui, ont pris le pouvoir et ont annoncé un gouvernement d’union nationale comprenant des ministres issus des différents groupes rebelles, de partis d’opposition et de la société civile. Ce gouvernement de transition s’est engagé à organiser des élections sous 18 mois.

Les combats récurrents et l'instabilité ont plongé le pays dans une situation de crise aiguë, avec de graves impacts sur les conditions de vie des populations civiles, en particulier des enfants qui subissent insécurité, violences, déplacements, manque de nourriture, non accès aux soins et à l'éducation...

394 900 personnes ont été déplacées a l'intérieur du pays et 61 000 ont trouvé refuge dans les pays voisins.

Soutenir nos actions