Katia : « Mon engagement associatif me donne une grande liberté »

Publié le 30 juin 2011 | Modifié le 23 décembre 2015

Entre ses triplées de 10 ans et la galerie d’art de son époux, Katia trouve encore du temps pour notre association ! Parisienne, elle se rend deux fois par semaine au Comité français pour l’Unicef. Notre bénévole a rejoint le service de la vie associative il y a deux ans et elle n’a pas l’attention de s’arrêter de sitôt. Portrait d’une super maman.

 

 

Une intégration réussie

La quarantaine à peine entamée, Katia fait partie du « club des femmes ultra dynamiques » !  Ses semaines passent à toute allure et elle a un planning plus que bien rôdé. Au sein de la direction de la vie associative (DVA), notre bénévole travaille auprès de David et Claude, salariés chargés respectivement de contrôler la trésorerie et l'administratif de tous les comités départementaux de l’Unicef France. Un travail qui exige de la méthode et beaucoup de rigueur. « Je vérifie les chiffres, les remontées de comptabilité », explique t-elle.

Tous les mardis et jeudis, Katia met à profit ses compétences pour notre association. « Je voulais utiliser mes connaissances et faire en sorte que ça m’apporte quelque chose en retour », poursuit-elle. « À la galerie, nous travaillons dans une toute petite entreprise, alors qu’ici, le fonctionnement se rapproche de celui d’une grande entreprise », nous confie Katia. « C’est très complémentaire » se réjouit-elle. « En plus, au sein de l’équipe de la DVA, il n’y a aucune différence entre les salariés et les bénévoles, chacun remplit des missions bien précises ».

 

Jongler avec l’emploi du temps

Le lundi et le vendredi, elle passe toute la journée auprès de son époux, Jean-Christophe, responsable d’une galerie spécialisée en phaléristique*, ce qui n’est pas commun. Formée au contrôle de gestion et à la comptabilité, Katia lui donne un grand coup de main dans ce domaine. De précieuses compétences qu’elle met également au service du comité français pour l’Unicef (CFU). « Je vois ça d’un très bon œil », confie Jean-Christophe. « Je la soutiens dans sa démarche ».

D’une ponctualité et d’une assiduité proches de la perfection, Katia est très épanouie à travers toutes ces activités. « Je regarde tout le temps ma montre, mais j’aime ce rythme de vie ». Alors que l’on a l’impression de se trouver face une femme surmenée, Katia casse tous les préjugés. « Mon engagement associatif me donne une grande liberté », affirme t-elle. « David et Claude ont une grande flexibilité. Quand je ne peux pas venir, il n’y a aucun problème. Ils sont très compréhensifs. »

« Au moment où Agathe, Barbara et Charlotte [« ABC ! », pour reprendre l’abréviation de leur maman] sont nées, j’avais deux mi-temps. Quand les filles sont entrées au CP, j’ai du arrêter l’un des deux pour travailler uniquement avec mon mari. Cette situation m’a permis de me libérer facilement pour aller chercher les enfants à l’école à 16h30 »,  se souvient Katia. « Et puis, à une période, nous avions moins de travail à la galerie, du coup, j’ai eu envie de sortir un peu du cercle familial. L’Unicef France m’a offert cette possibilité ».

 

Des projets pour l’Unicef

Très heureuse dans ses fonctions de bénévole, Katia aimerait un jour monter d’autres projets pour notre association. Elle a déjà essayé auparavant de monter une opération Frimousses à l’école de ses filles, mais cela n’a pas été possible jusqu’alors. Cela n’empêche pas Katia de garder ce projet en tête. « Un jour, ça me plairait de tenir un atelier Frimousses ou un stand Unicef ». Motivée, disponible et toujours de bonne humeur, Katia illustre à merveille toutes les possibilités qu’offre l’engagement bénévole au sein de l’Unicef France.

*étude des médailles et des décorations