La fermetures répétées des écoles dues à la COVID-19 creusent les inégalités en Asie du Sud

Publié le 08 septembre 2021

L'accès limité aux appareils, la faible connectivité et le contact limité avec les enseignants limitent considérablement l'apprentissage à distance dans la région.

Katmandou/Paris, le 9 septembre 2021 - Les fermetures d'écoles ont entraîné des inégalités alarmantes en matière de possibilités d'apprentissage pour les enfants d'Asie du Sud, malgré les efforts importants déployés par les gouvernements et les partenaires pour développer l'apprentissage à distance, selon une étude d’UNICEF menée en Inde, aux Maldives, au Pakistan et au Sri Lanka.

Les fermetures d'écoles en Asie du Sud dues à la pandémie de COVID-19 ont interrompu l'apprentissage de 434 millions d'enfants. Selon les recherches d'UNICEF, une proportion importante d'élèves et de leurs parents ont déclaré que les élèves apprenaient beaucoup moins par rapport aux niveaux d'avant la pandémie. En Inde, 80 % des enfants âgés de 14 à 18 ans ont signalé des niveaux d'apprentissage inférieurs à ceux qu'ils avaient physiquement à l'école. De même, au Sri Lanka, 69 % des parents d'élèves du primaire ont déclaré que leurs enfants apprenaient « moins » ou « beaucoup moins ». Les filles, les enfants issus des ménages les plus défavorisés et les enfants handicapés étaient confrontés à des plus grandes difficultés lorsqu'ils apprenaient à distance.

Des inégalités alarmantes

« Les fermetures d'écoles en Asie du Sud ont forcé des centaines de millions d'enfants et leurs enseignants à passer à l'apprentissage à distance dans une région où la connectivité et les équipements sont peu abordables », a déclaré George Laryea-Adjei, directeur régional d'UNICEF pour l'Asie du Sud. « Même lorsqu'une famille a accès à la technologie, les enfants ne sont pas toujours en mesure d'y accéder. Par conséquent, les enfants ont subi d'énormes retards dans leur parcours d'apprentissage. »

Malgré les efforts importants des gouvernements, la faible connectivité et l'accès aux appareils numériques ont gravement entravé les efforts de déploiement de l'apprentissage à distance. En Inde, 42 % des enfants âgés de 6 à 13 ans ont déclaré n'utiliser aucun type d'apprentissage à distance pendant les fermetures d'école. Au Pakistan, 23 % des jeunes enfants n'avaient pas accès à un équipement permettant l'apprentissage à distance. Les ménages pauvres et défavorisés ont été les plus touchés, de nombreuses familles ayant du mal à s'offrir ne serait-ce qu'un seul appareil.

Même lorsque des équipements sont disponibles, les recherches d'UNICEF indiquent qu'ils sont souvent sous-utilisés et que l'accès des enfants à ces équipements est souvent limité. Par exemple, au Pakistan, parmi les enfants ayant accès à des équipements, seuls 24 % environ pouvaient les utiliser quand ils le souhaitaient.  

Les recherches ont montré que l'engagement des élèves et des enseignants, lorsqu'il est régulier et réciproque, est un indicateur fort de la réussite de l'apprentissage des enfants, en particulier pour les plus jeunes. Cependant, les enquêtes ont révélé que la plupart des élèves n'avaient que peu ou pas de contacts avec leurs enseignants après la fermeture des écoles. Dans les écoles primaires privées sri-lankaises, 52 % des enseignants ont déclaré avoir des contacts avec leurs élèves cinq jours par semaine, mais ce chiffre est tombé à seulement 8 % pour les enseignants des écoles primaires publiques.

Réouvrir les écoles : une priorité absolue

« La réouverture des écoles en toute sécurité doit être considérée comme une priorité absolue pour tous les gouvernements. Parallèlement, investir dans les enseignants permettra aux enseignants et aux écoles de s'adapter à toutes les situations. Plus les enseignants seront formés, équipés et soutenus en matière d'enseignement à distance et d'enseignement mixte, plus ils seront en mesure d'atteindre tous leurs élèves », a ajouté George Laryea-Adjei. « Il s'agit d'un investissement essentiel que nous devons faire pour les enfants, alors que la région se prépare aux futures vagues de COVID-19. Nous devons construire des systèmes capables de résister à n'importe quelle crise et de permettre aux enfants de continuer à apprendre, quelles que soient les circonstances. »

Pour s'assurer que les enfants continuent d'apprendre, UNICEF appelle :

  • Les gouvernements à donner la priorité à la réouverture en toute sécurité de toutes les écoles, tout en veillant à ce que les enfants puissent poursuivre un apprentissage de qualité à distance si nécessaire.
  • Les enseignants à évaluer les niveaux d'apprentissage des enfants et à veiller à ce que le rattrapage soit possible grâce à une période de « révision de l'apprentissage ».
  • Les gouvernements doivent donner la priorité à la vaccination des enseignants afin de permettre la réouverture des écoles en toute sécurité.  
  • Les gouvernements doivent former et équiper les enseignants pour qu'ils puissent mieux atteindre les enfants et les adolescents qui ont un accès limité ou nul à la technologie, en combinant plusieurs modalités, notamment les appareils mobiles, la télévision, la radio et les documents imprimés.
  • Les gouvernements et les donateurs doivent protéger et accroître les investissements dans l'éducation, y compris dans l'éducation pré-primaire et l'alphabétisation et le calcul.
  • Le secteur privé et les organisations de la société civile doivent collaborer avec les gouvernements pour améliorer la connectivité et créer des contenus d'apprentissage à distance multilingues de qualité, adaptés aux besoins des élèves.
  • Les administrateurs scolaires et les responsables de l'éducation doivent donner davantage de conseils aux enseignants pour qu'ils s'engagent auprès de leurs élèves et utilisent différents types de techniques d'apprentissage.  
  • Les parents et le personnel soignant doivent recevoir un soutien et des conseils adéquats pour poursuivre l'apprentissage à domicile.

La fermeture des écoles en Asie du Sud a aggravé une situation qui était déjà précaire. Avant même la pandémie, près de 60 % des enfants d'Asie du Sud étaient incapables de lire et de comprendre un texte simple à l'âge de 10 ans. En outre, 12,5 millions d'enfants du niveau primaire et 16,5 millions d'enfants du niveau secondaire inférieur n'étaient pas scolarisés.

Notes aux rédactions :
La recherche a été menée par UNICEF, à partir de données provenant d'enquêtes sur les ménages commandées par UNICEF en Inde, au Pakistan et au Sri Lanka, et par le ministère de l'Éducation aux Maldives. Ces enquêtes ont été menées entre 2020 et 2021 en utilisant le guide de suivi d’UNICEF pour l'Asie du Sud. L'objectif de ces recherches est de mieux comprendre et d'améliorer la portée et l'efficacité de l'enseignement à distance pendant les fermetures d'écoles.  
En Inde, des entretiens téléphoniques assistés par ordinateur ont été utilisés pour interroger plus de 5 800 parents d'enfants âgés de 5 à 13 ans et d'étudiants âgés de 14 à 18 ans, ainsi que des enseignants d'écoles publiques, dans six États : Assam, Bihar, Gujarat, Kerala, Madhya Pradesh et Uttar Pradesh. Afin d'assurer la représentation des groupes marginalisés, les parents de familles migrantes et des communautés éloignées ont été inclus. Aux Maldives, des enquêtes en ligne ont été menées auprès des enseignants, des élèves et des parents. Au Pakistan, les enseignants, les parents et les élèves (âgés de 14 à 17 ans) ont été interrogés par le biais d'un système de réponse vocale interactive. Au Sri Lanka, des entretiens en face à face ont été menés avec des parents d'enfants de l'école et des discussions de groupe avec des enseignants.

Contenu multimédia à télécharger ici.