La mobilisation contre le sida ne doit pas se relâcher

Publié le 31 juillet 2008 | Modifié le 11 avril 2016

La 17e conférence mondiale sur le VIH/sida s’est ouverte dimanche 3 août à Mexico. Partout dans le monde, l’Unicef est engagé auprès des enfants victimes de la pandémie. Exemple au Cambodge, où des programmes fournissent des traitements pédiatriques tout en luttant contre la stigmatisation.

Dans la véranda de leur maison, Vanna, 12 ans, son frère jumeau et sa soeur aînée se dépêchent de finir leurs devoirs avant la tombée du jour. Une pendule placée entre des photos de famille sonne six coups. La tante des enfants amène un plateau de médicaments. Au moins 6 000 enfants, comme Vanna, sont séropositifs au Cambodge.

Le père de Vanna est mort en 2000 d'une maladie liée au sida. Après avoir été malade pendant un an, sa mère est également décédée. C'est seulement à ce moment-là que les enfants ont subi un test de dépistage du VIH et seul Vanna s'est révélé séropositif.

Six ans plus tard, la vie de Vanna n'est guère différente de celle de son frère. Il adore toujours faire du vélo, il va à l'école et aide son frère et sa soeur pour les tâches ménagères.

À l'hôpital local, un programme de l'Unicef intitulé "Des amis qui aident leurs amis" lui a été d’un grand secours. Conçu spécialement pour les enfants séropositifs et les personnes qui en ont la charge, "Des amis qui aident leurs amis" offre aux enfants la possibilité de faire la connaissance d'autres enfants se trouvant dans une situation similaire, de parler de leur vie, de jouer, de prendre un déjeuner substantiel et de recevoir des soins.

Au cours des deux dernières années, Vanna et sa tante ont parcouru chaque mois les 15 kilomètres qui les séparent de l'hôpital.

La Fondation Clinton fournit les médicaments

« J’aime parler et m'amuser avec mes amis. Eux aussi doivent prendre tous les jours des médicaments » dit Vanna d'une voix timide.

Avec des fonds de l'Unicef, une grande pièce du service pédiatrique de l'hôpital a été aménagée. On y trouve des livres, des jouets et de pittoresques peintures murales d'animaux. L'un des partenaires de l'Unicef, la Fondation Clinton, fournit les médicaments que Vanna reçoit après son examen mensuel.

L'Unicef a joué un rôle de premier plan pour soutenir le traitement du sida chez les enfants en rénovant au Cambodge des hôpitaux et des services de pédiatrie ainsi qu'en formant le personnel.

Améliorer la prise en charge, réduire l'exclusion

« L’un des problèmes, au Cambodge, c'est que de nombreux établissements sont vétustes, affirme Haritiana Rakotomamonjy, responsable à l’Unicef Cambodge de la prévention et de la prise en charge du VIH/sida. Certains hôpitaux n'ont même pas d'endroit pour les enfants. La rénovation des établissements hospitaliers a permis de relancer la prise en charge pour toutes sortes de traitements, quelle que soit la situation de l’enfant ».

Le Cambodge a réduit son taux d'infection au VIH de façon spectaculaire, le faisant passer de 3% en 1997 à seulement 1% en 2006. Par le passé, les personnes séropositives étaient souvent mises au ban de la société, mais l'exclusion et la discrimination ont été réduites grâce au développement des centres de dépistage, des prestations médicales et des réseaux d'entraide comme celui dont bénéficie Vanna.

Comme l’affirme Wing-Sie Cheng, le conseiller régional de l'Unicef sur le VIH/sida pour l'Asie de l'est et le Pacifique : « Le Cambodge a montré que même avec des ressources limitées, on peut assister à un retournement de situation dans le cas d'une maladie transmissible complexe ».

En savoir plus

L’UNICEF France réitère son soutien à la lutte contre le VIH/sida au Cambodge

En 2004, l’UNICEF France s’était engagé dans le soutien à un large programme dont l’objectif visait à étendre la prévention du VIH/sida auprès des jeunes et des femmes, à renforcer l’accès aux services médicaux et psychosociaux pour les personnes vivants avec le VIH/sida et à apporter une assistance particulière aux enfants rendus orphelins et/ou vulnérables à cause du VIH/sida.

Aux vues des avancées encourageantes obtenues grâce aux activités développées, l’UNICEF France réitère son appui à un programme de lutte contre le VIH/sida au Cambodge, d’un montant de plus d’un million d’euros.

Quelques résultats atteints grâce au premier appui de l’UNICEF France :

  • 119 531 personnes ont bénéficié des services de dépistage anonyme, volontaire et gratuit, sur lesquelles 60 960 étaient des femmes et 11 445 des enfants ;
  • 24 080 femmes enceintes ont été accueillies, conseillées et suivies par les services de Prévention de la Transmission du VIH/sida de la mère à l’enfant ;
  • 199 enfants rendus orphelins et/ou vulnérables à cause du VIH/sida ainsi que 47 personnes vivants avec le VIH/sida ont pu bénéficier d’un appui psychosocial et nutritionnel grâce aux visites à domicile régulières initiés par les moines bouddhistes.