L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

297 villes et intercommunalités ont intégré le réseau Ville amie des enfants pour le mandat 2020/2026. Rejoignez le grand réseau Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
Inondations à Kinshasa le 12 janvier 2024. ©UNICEF/UNI505194/Mulala
Inondations à Kinshasa le 12 janvier 2024. ©UNICEF/UNI505194/Mulala

La RDC connaît les pires inondations de ces 60 dernières années

Kinshasa, le 7 février 2024 – L’UNICEF et ses partenaires interviennent en réponse aux inondations dévastatrices qui touchent la République démocratique du Congo (RDC), le fleuve Congo atteignant des niveaux jamais observés depuis plus de 60 ans.

Au cours des deux derniers mois, 18 des 26 provinces de la RDC ont été touchées par des pluies particulièrement abondantes. Selon les estimations d’OCHA, plus de 2 millions de personnes, dont près de 60 % d’enfants, ont besoin d’aide. Les eaux de crue auraient détruit ou endommagé près de 100 000 foyers, 1 325 écoles et 267 centres de santé. Les récoltes se sont gâtées dans les champs gorgés d’eau, ce qui laisse présager des pénuries alimentaires dans certains endroits.

Alors que 40 % des cas de choléra sont recensés dans des zones inondées ou menacées d’inondation, l’UNICEF a également intensifié ses efforts pour endiguer l’épidémie existante, qui menace d’échapper à tout contrôle. Certains météorologues annoncent de nouvelles pluies, ce qui accroît la possibilité que le choléra se propage des zones où il est endémique via le fleuve Congo jusqu’au centre urbain de Kisangani, puis jusqu’à Kinshasa, la capitale. Dans une situation similaire en 2017, le choléra s’est étendu à l’ensemble du pays, entraînant près de 55 000 cas et plus de 1 100 décès.

« Les enfants de la RDC sont confrontés aux pires inondations de ces dernières décennies et à la pire épidémie de choléra depuis des années. La montée des eaux a endommagé leurs maisons et amplifié la menace des maladies d’origine hydrique, ce qui les expose à des risques accrus », a déclaré Grant Leaity, représentant de l’UNICEF en RDC. « Si l’on n’intervient pas immédiatement pour fournir de l’eau potable, des moyens d’assainissement et des soins de santé afin d’enrayer la propagation du choléra, les inondations généralisées pourraient porter le nombre de cas à des niveaux sans précédent ».

En 2023, plus de 52 400 cas de choléra et 462 décès ont été enregistrés en RDC, plaçant cette épidémie parmi les plus importantes au monde, selon l’Organisation mondiale de la santé. La RDC représentait 80 % de tous les cas de choléra en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale.

L’UNICEF fournit de l’eau potable, des kits de purification de l’eau et du matériel de santé aux zones sinistrées. L’agence travaille également avec les autorités locales pour assurer la poursuite des services de protection de l’enfance, comme la réunification des enfants séparés de leurs familles et la prestation de services de santé mentale.

Les équipes responsables de la gestion du choléra, soutenues par l’UNICEF, sont également sur le terrain, fournissant une réponse de première ligne lorsque des cas de choléra sont suspectés. Elles distribuent des kits de prévention du choléra, décontaminent les maisons et les latrines communes et mettent en place des stations de désinfection des mains. Les équipes renforcent également les mesures de prévention, y compris les efforts de sensibilisation et de surveillance, et améliorent les centres de traitement du choléra, notamment à Kinshasa.

Pour soutenir le plan gouvernemental de réponse aux inondations, l’UNICEF dispose d’un financement de base de 700 000 dollars afin de lancer des interventions dans les domaines de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène, de la santé et de la protection de l’enfance. Un total de 9 millions de dollars est nécessaire pour la réponse initiale de l’UNICEF aux inondations dans ces trois domaines.