Le manque d’eau potable et d’assainissement tue 1,5 million d’enfants par an

Publié le 21 mars 2007 | Modifié le 28 décembre 2015

A l’occasion de la journée mondiale de l’eau, l’UNICEF alerte sur les efforts à accomplir. Dans les pays les plus pauvres du monde, la diarrhée est parmi les premières causes de mortalité des enfants de moins de cinq ans.

« L’accès à l’eau potable est critique pour la santé des enfants », rappelle Ann Veneman directrice générale de l’Unicef à l’occasion du 22 mars, journée mondiale de l’eau.

L’eau insalubre et le manque d’assainissement de base et d’hygiène entraînent chaque année le décès d’1,5 million d’enfants de moins de 5 ans : près de 5 000 meurent chaque jour des suites de la diarrhée !

  • 1 personne sur 6 dans le monde n’a pas accès à de l’eau potable provenant d’une source améliorée.
  • 2 personnes sur 5 sont privées d’assainissement de base.

Les chiffres sont alarmants. Mais les progrès donnent de l’espoir. 1,2 milliard de personnes de plus ont accès à l’eau potable depuis 1990. L’Objectif du millénaire pour le développement (OMD) n°7, vise la diminution de moitié d'ici à 2015 du pourcentage de la population n’ayant pas accès de façon durable à un approvisionnement en eau potable et à des moyens d'assainissement de base. Entre 1990 et 2004, la couverture mondiale en ce qui concerne l’eau potable est passée de 78% à 83%.

L’Unicef est présent sur le terrain pour fournir des services d’eau, d’assainissement et d’hygiène aux enfants de plus de 90 pays. Sur la plupart des urgences (guerre au Liban, séisme en Indonésie…), l’Unicef est l’agence leader sur les questions d’eau et d’assainissement : envoi de camions-citernes, installation de latrines, distribution de tablettes de purification.

L’Unicef est le premier fournisseur mondial de sels de réhydratation orale (SRO), une combinaison simple de sels et de sucres qui permet de réduire considérablement le nombre des décès dus à la diarrhée.

Haïti est l’un des pays les plus en retard. A peine plus de la moitié de la population a accès à des sources d'eau potable améliorées et seulement 30% à des moyens d'assainissement de base. En Haïti, la diarrhée est la cause principale de mortalité des enfants de moins d'un an.

« Dans de nombreux pays du monde, a expliqué Ann Veneman, les femmes et les enfants marchent sur de longues distances afin de chercher de l’eau pour leurs familles, pour boire, laver et faire la cuisine ».

L’Unicef construit des puits, pour épargner les corvées d’eau aux femmes et aux enfants, ainsi que des latrines séparées pour garçons et filles dans les écoles. L’accès à l’eau a des conséquences directes sur le taux de scolarisation.

Les programmes financés par l’Unicef France en matière d’eau et d’assainissement sont étroitement liés aux efforts de scolarisation.

Un exemple : le Sénégal et les programmes Unicef en Casamance.

Soutenir nos actions