Les enfants de Gaza ont besoin d’aide dès maintenant

Publié le 26 janvier 2009 | Modifié le 31 août 2015

Les enfants et leurs familles ont tout perdu dans les trois semaines de bombardements. Eau potable, moyens d’assainissement, mais aussi matériel scolaire pour le retour en classe, sont parmi les secours apportés par l’Unicef.

Les bombardements ont détruit des maisons et des infrastructures publiques, y compris des écoles et des centres de santé. 90 000 personnes ont été déplacées, dont 50 000 enfants. Les vingt-deux jours d'hostilités ont tué 1 314 personnes, dont 412 enfants, et blessé 5 300 autres, dont 1 855 enfants. Les dégâts sur le réseau d’eau et d’assainissement sont estimés à 3,6 millions $. L’Unicef a apporté une contribution aux premières réparations. L’Unicef distribue aussi des kits d’eau et d’hygiène aux familles, avec des tablettes de purification. Plus de 66 000 bouteilles d’eau ont également été fournies. Dans les écoles, l’approvisionnement en eau va reprendre, tout comme les travaux d’assainissement.
Le danger des munitions non explosées
La rentrée scolaire a été retardée, notamment à cause du danger que les munitions non explosées font peser sur les enfants sur le chemin de l’école. Deux enfants ont été tués par ce type de munition le 20 janvier à Az Zaitoun. Une campagne d’information est menée par l’Unicef (spots radio, tracts, messages imprimés sur des jeux pour enfants), et les écoles sont considérées comme une priorité pour le déminage. Avec le retour en classe depuis le 24 janvier, l’Unicef fournit des kits scolaires, mais aussi des tentes, car sept écoles ont été complètement détruites et beaucoup sont gravement endommagées. 450 000 enfants ont repris les cours. « L’Unicef établit des endroits sécurisés pour les enfants et apporte du matériel scolaire, indique Patricia McPhillips, représentante de l’Unicef pour les Territoires Palestiniens. Le retour en classe fournit aux enfants une occasion d’échanger, de jouer, de reprendre le cours de leur vie, de surpasser leur angoisse ».

Soutenir nos actions