Les enseignants doivent être vaccinés en priorité contre la COVID-19

Publié le 14 décembre 2020

Déclaration de Henrietta Fore, directrice générale d’UNICEF

New York, le 15 décembre 2020 – « La pandémie de COVID-19 a causé des ravages dans l’éducation des enfants à travers le monde. La vaccination des enseignants constitue une étape cruciale vers un retour à la normale.

Lorsqu’elles ont atteint leur paroxysme à la fin d’avril 2020, les fermetures d’écoles nationales ont perturbé l’apprentissage de près de 90 % des élèves dans le monde. Si ce nombre a depuis baissé, l’hypothèse infondée selon laquelle les fermetures d’écoles pourraient ralentir la propagation de la maladie persiste, malgré des données probantes de plus en plus nombreuses qui confirment que les écoles ne sont pas des foyers de transmission majeurs. C’est pourquoi, avec la recrudescence des cas dans un grand nombre de pays du monde, des communautés ferment à nouveau les écoles. Au 1er décembre, les portes de la classe étaient fermées pour près d’un élève sur cinq à travers le monde, soit 320 millions d’enfants.

Préserver l'avenir de la prochaine génération

UNICEF demande que les enseignants reçoivent en priorité le vaccin contre la COVID-19, une fois que les professionnels de santé et les populations à risque auront été vaccinés. Cela contribuera à protéger les enseignants contre le virus, leur permettra d’enseigner en présentiel et, au bout du compte, maintiendra les écoles ouvertes.

Si les décisions relatives à la répartition des vaccins incombent in fine aux gouvernements, les conséquences d’un manque prolongé ou d’une dégradation de l’éducation sont profondes, en particulier pour les plus marginalisés. Plus la déscolarisation des enfants dure, moins ils ont de chances de retrouver le chemin de l’école, et plus il est difficile pour leurs parents de reprendre le travail.

Ce sont des décisions difficiles qui imposent des compromis difficiles. Une décision ne devrait toutefois pas l’être : faire tout ce qui est en notre pouvoir pour préserver l’avenir de la prochaine génération. Cela commence par protéger ceux qui sont responsables de lui ouvrir des perspectives. »