L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

En 2021, 264 villes ont intégré le réseau Ville amie des enfants 2020/2026.
Rejoignez le grand réseau
Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
© UNICEF/UN0118566/McConnico

Les politiques les plus favorables aux familles parmi les pays de l’OCDE et de l’UE

La Suisse, la Grèce, Chypre, le Royaume-Uni et l’Irlande se classent parmi les derniers.

La Norvège, l’Islande, l’Estonie et le Portugal ont les politiques les plus favorables aux familles, parmi les 31 pays riches qui disposent de données, d’après un nouveau rapport d’UNICEF. La Suisse, la Grèce, Chypre, le Royaume-Uni et l’Irlande se classent parmi les derniers.

Établi par le Centre de recherche – Innocenti d’UNICEF, le rapport classe les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et de l’Union européenne (UE) selon leurs politiques nationales en faveur des familles. Sont par exemple pris en compte la durée des congés parentaux intégralement rémunérés et les services de garde d’enfants de 0 à 6 ans.

Ce rapport s’inscrit dans le cadre des travaux d’UNICEF portant sur l’élaboration de politiques et de programmes en faveur du développement de la petite enfance et de la campagne Les premiers moments comptent. Maintenant dans sa troisième année, elle vise à aider les familles à donner à leurs jeunes enfants le cadre favorable et les expériences stimulantes dont leur cerveau a besoin pour se développer adéquatement.

“Il n’y a pas de période plus décisive pour le développement du cerveau des enfants – et, par conséquent, pour leur avenir – que les premières années de la vie.

Il faut que les gouvernements contribuent à apporter aux parents le soutien dont ils ont besoin pour instaurer un cadre favorable à leurs jeunes enfants. Et il faut l’appui et l’influence du secteur privé pour que cela se concrétise.”
Henrietta Fore
Directrice générale d’UNICEF

Un lien parent-enfant essentiel

Les politiques en faveur des familles renforcent le lien entre parents et enfants, qui est essentiel à l’épanouissement des familles et à la cohésion sociale. UNICEF préconise au moins six mois de congé parental rémunéré et l’accès universel à des services de garde d’enfants de qualité et d’un prix abordable, de la naissance à l’entrée à l’école. Conformément à sa campagne Les premiers moments comptent, UNICEF coopère avec les gouvernements, la société civile, les milieux universitaires et le secteur privé – qui joue un rôle important pour influencer les politiques – en vue d’encourager une hausse des investissements en faveur des familles.

Après avoir passé en revue les congés payés intégralement rémunérés dans 41 pays, les auteurs du rapport intitulé Are the world’s richest countries family-friendly ? Policy in the OECD and EU (Les pays les plus riches sont-ils favorables aux familles ? Les politiques dans l’OCDE et l’UE) notent que seule la moitié des pays accorde aux mères au moins six mois de congé intégralement rémunéré.

C’est l’Estonie qui offre aux mères le congé le plus long (85 semaines). Viennent ensuite la Hongrie (72 semaines) et la Bulgarie (61 semaines). Les États-Unis sont le seul pays inclus dans l’étude qui n’ait pas de politique nationale de congé de maternité ou de paternité.

Il est également noté dans le rapport que même lorsque les pères ont la possibilité de prendre un congé parental rémunéré, beaucoup d’entre eux ne le font pas. Au Japon, le seul pays qui propose un congé de paternité intégralement rémunéré d’au moins six mois, seul un père sur vingt en a profité en 2017. La République de Corée se classe au second rang par la longueur de son congé de paternité, mais les congés des pères ne représentent qu’un congé parental sur six.

Les congés de paternité aident les pères à établir un lien avec leur nourrisson, contribuent au bon développement des bébés et des enfants, réduisent le taux de dépression maternelle et améliorent l’égalité des genres, peut-on lire dans le rapport, qui appelle également à adopter des politiques nationales de congé de paternité rémunéré et à encourager les pères à le prendre.

La politique en faveur des familles : une politique d’avenir

Pour certains parents prêts à reprendre leur travail et à la recherche de possibilités de garde d’enfants, le coût est l’obstacle principal. D’après des données provenant de 29 pays, c’est au Royaume-Uni que les parents de jeunes enfants citent le plus souvent le coût comme la raison pour laquelle ils n’ont pas davantage recours aux crèches. Cependant, en Tchéquie, au Danemark et en Suède, le coût pose des problèmes à moins de 1 parent sur 100 parmi ceux qui déclarent que leurs besoins en matière de garde d’enfants ne sont pas satisfaits.

Le rapport propose aux pays des conseils sur la façon d’améliorer leurs politiques en faveur des familles :

  • Accorder des congés parentaux d’au moins six mois, garantis par la loi, dans l’ensemble du pays.
  • Permettre à tous les enfants de bénéficier de services de garde accessibles, adaptés à leur âge, de qualité et d’un coût abordable, quelles que soient leurs circonstances familiales.
  • Veiller à ce qu’il n’y ait pas de coupure entre la fin des congés parentaux et le début des services de garde d’enfant d’un coût abordable afin que les enfants puissent poursuivre leur développement sans interruption.
  • Veiller à ce que les mères puissent allaiter avant et après leur retour au travail en fournissant des congés parentaux suffisamment longs et en garantissant des pauses au travail, ainsi que des locaux sûrs et adéquats où allaiter et tirer le lait maternel.
  • Collecter des données plus nombreuses et de meilleure qualité sur tous les aspects des politiques favorables aux familles afin que les programmes et politiques puissent faire l’objet d’un suivi, et que les pays puissent être comparés.