Lesotho : l'Unicef France mobilisé contre le VIH/sida

Publié le 10 avril 2006 | Modifié le 31 mars 2016

L'Unicef France s'engage pour favoriser l'accès aux soins pour les mères et les enfants touchés par le sida.

Le Lesotho présente le 3e taux de prévalence du VIH/sida dans le monde, avec 28,9% de la population infectée par le virus. Dans ce pays de 1, 8 million d’habitants, près de 22 000 enfants de moins de 15 ans seraient infectés par le VIH/sida.

Jacques Hintzy, président de l’Unicef France, en visite en octobre dernier au Lesotho déclarait : « La situation du Lesotho est catastrophique. Ni les habitants ni le gouvernement n’ont pris la mesure de la catastrophe. Les habitants ne savent pas comment traiter la maladie. Les enfants n’ont pas accès aux traitements pédiatriques et peu de structures existent pour la prise charge des orphelins. Il y a donc un immense travail à faire pour arrêter l’épidémie et sauver un maximum d’enfants ».

L’espérance de vie des personnes non contaminées par le VIH Sida était de 65 ans en 2004. Elle est de 35 ans pour les personnes contaminées. On observe au Lesotho depuis quelques années un renversement de l’évolution de la mortalité infantile. Le taux est passé de 81/1000 au 2000 à 91/1000 en 2004 alors qu’il se réduisait depuis 40 ans au rythme de 2 à 4% chaque année. Ce phénomène négatif est essentiellement dû au sida. Au Lesotho, la mortalité des enfants malades du sida est de 50% avant l’âge de deux ans.

Face à l’extrême vulnérabilité des mères et des enfants touchés par le VIH/sida, l’Unicef France a décidé de soutenir deux programmes mis en œuvre par l’Unicef au Lesotho. Leur enjeu : accélérer l’accès aux soins et aux traitements anti-rétroviraux (ARV) pour les femmes enceintes et les enfants.

Le programme « Prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant » (2005)

Alors qu’on estimait en 2005 qu’un enfant sur dix naissait avec le VIH, l’Unicef France a décidé de financer à hauteur de 537 362 € les activités de prévention de la transmission mère-enfant au Lesotho.

Le projet se proposait, sur l’année 2005, de renforcer qualitativement les services de santé maternelle et de les aider matériellement à réduire les risques de transmission mère-enfant.

La stratégie proposée est articulée sur trois axes :

  • Un renforcement des actions de communication en vue d’augmenter rapidement le nombre de femmes enceintes acceptants de subir un test de dépistage du VIH.
  • La formation dans les communautés d’agents capables de conseiller les mères sur les aspects de prévention ou de traitement susceptibles de réduire les risques de transmission.
  • La mise à disposition pour toutes les femmes enceintes et jeunes mères touchées par le VIH/sida des médicaments anti-rétroviraux (Névirapine (c)) dont l’efficacité a été démontrée.

Début 2006, 5% des femmes enceintes avaient accès aux services de PTME, le programme a permis d’obtenir des résultats encourageants. Le nombre de centres de santé est passé de 7 à 15 offrant les services de PTME à travers le pays. Dans ces hôpitaux, le personnel médical est formé et équipé pour prévenir la transmission mère-enfant. Aussi sur 10 700 femmes enceintes passées par ces centres en 2005, 3 600 ont pu bénéficier d’une consultation individuelle et du dépistage du VIH.

Depuis le lancement des services de PTME au Lesotho en 2003, 22 881 femmes enceintes ont pu bénéficier de consultation et de conseils prénataux relatif au VIH/sida, 8 164 d’entre elles ont été testées et 1 361 reçoivent un traitement ARV.

Aujourd’hui, 90% des femmes enceintes au Lesotho bénéficient en moins d’une consultation prénatale dans un centre de santé. Le potentiel pour accroître le taux le dépistage et l’accès aux services de PTME existe donc.

Le programme « Soins et traitement des enfants infectés par le VIH/sida » (2006-2008)

Au Lesotho, ces dernières années, la lutte contre le sida est devenue une cause nationale. Cependant, si ces dernières années le nombre de personnes bénéficiant de traitements ARV a fortement augmenté (ils sont autour de 10 000, début 2006), les enfants infectés restent les plus mal lotis. Ils ne sont que 200.

L’Unicef France a décidé de lancer l’un de ses plus larges programmes en soutenant à hauteur de 2 396 157 € l’accès aux soins et au traitement pour les enfants du Lesotho infectés par le VIH/sida.

L’objectif global du programme est de réduire le fardeau du VIH/sida chez les enfants du Lesotho et de contribuer à la réduction de la mortalité infantile. Il s’agit pour cela de promouvoir un meilleur accès aux soins et une meilleure identification des enfants touchés par le VIH/sida.

Les objectifs spécifiques du programme couvrent les enjeux suivants :

  • augmenter le nombre d’enfants bénéficiant de traitement ARV de 200 à 5 600 d’ici 2008 ;
  • équiper et former les centres de santé offrant les thérapies dans les 16 régions sanitaires du pays ;
  • offrir d’ici à 2008 à 90% des enfants nés de mères séropositives l’accès à la prophylaxie au Cotrimoxazole (c) (permettant de lutter contre le développement des maladies opportunistes) ;
  • améliorer significativement l’état nutritionnel des enfants vivant avec le VIH/sida ;
  • renforcer et soutenir les communautés pour qu’elles prennent mieux en charge les enfants rendus vulnérables par le VIH/sida et particulièrement les enfants vivant avec le VIH.

Soutenir nos actions