L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

297 villes et intercommunalités ont intégré le réseau Ville amie des enfants pour le mandat 2020/2026. Rejoignez le grand réseau Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
Le Dr Denis Nansera examine Kansiime Ruth, (25 ans) et ses filles Lighton (1 an) et Joanita (4 ans) au RRH (Regional Referral Hospital) de Mbarara, dans le sud-ouest de l'Ouganda. ©UNICEF/UNI211885/Schermbrucker
Le Dr Denis Nansera examine Kansiime Ruth, (25 ans) et ses filles Lighton (1 an) et Joanita (4 ans) au RRH (Regional Referral Hospital) de Mbarara, dans le sud-ouest de l'Ouganda. ©UNICEF/UNI211885/Schermbrucker

Près de 98 000 adolescentes ont été infectées par le VIH en 2022

Les enfants et les adolescents sont confrontés à d’importantes lacunes en matière de dépistage et d’accès aux traitements.

New York/Paris, le 1er décembre 2023 – Près de 98 000 adolescentes âgées de 10 à 19 ans ont été infectées par le VIH en 2022 – soit 1 900 nouvelles infections chaque semaine – selon le dernier Aperçu global de l’UNICEF relatif aux enfants atteints du VIH et du sida, publié en amont de la Journée mondiale de lutte contre le sida.

Les filles premières victimes de l’épidémie de VIH

Alors que le nombre total d’infections chez les filles âgées de 10 à 19 ans a presque diminué de moitié depuis 2010 – passant de 190 000 à 98 000 – en 2022, les filles restent toujours plus de deux fois plus susceptibles de contracter le VIH que les garçons. Au niveau mondial, 270 000 nouveaux cas d’infection par le VIH ont été recensés parmi les enfants et les adolescents âgés de 0 à 19 ans en 2022, ce qui porte à 2,6 millions le nombre total de jeunes vivant avec le VIH.

« Il est inacceptable que les adolescentes, qui devraient être en train de se consacrer à leur avenir, continuent de subir le plus lourd tribut de l’infection par le VIH », a déclaré Anurita Bains, directrice adjointe de l’UNICEF en charge de la lutte contre le VIH/sida. « Nous – Nations unies, communautés, gouvernements et organisations – devons éliminer les obstacles qui font du VIH une menace pour leur santé et leur bien-être. Il faut notamment veiller à ce que la santé et les droits sexuels et reproductifs des adolescentes et des jeunes femmes soient respectés ».

Les filles continuent d’être les principales victimes de l’épidémie de VIH, notamment en raison des inégalités entre les genres, qui les empêchent souvent de négocier des rapports sexuels protégés ; de la pauvreté, qui se traduit par l’éloignement des communautés des centres de soins et ; du manque d’accès à la prévention contre le VIH et aux programmes de santé sexuelle et reproductive.

Une géographie inégalitaire des infections au VIH

En Afrique subsaharienne, la prévalence du VIH chez les adolescentes et les jeunes femmes âgées de 10 à 24 ans est toujours trois fois plus élevée que chez leurs homologues masculins.

Les données les plus récentes montrent que l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe constituent toujours le principal foyer d’infection par le VIH dans la tranche d’âge des 0-19 ans en 2022, suivies par l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale, l’Asie de l’Est et le Pacifique, l’Amérique latine et les Caraïbes et l’Asie du Sud.

De graves inégalités d’accès à la prévention et aux soins

L’Aperçu global souligne en outre que les enfants et les jeunes adolescents sont confrontés à des inégalités considérables en matière d’accès au traitement, par rapport aux adultes. Au niveau mondial, près d’un million de personnes âgées de 0 à 19 ans vivant avec le VIH ne reçoivent pas de traitement, et plus de la moitié de ce groupe – environ 60 % – se trouve en Afrique de l’Est et en Afrique australe.

La lourdeur des processus de diagnostic pour les enfants, les exigences spécifiques en matière de tests pour les nourrissons qui ne sont pas toujours disponibles dans les pays à revenus moyens et faibles, et le manque de médicaments antirétroviraux adaptés à l’âge pour les groupes d’âge plus jeunes sont autant de raisons pour lesquelles seulement 57 % des enfants âgés de 0 à 14 ans reçoivent un traitement antirétroviral, contre 77 % des personnes âgées de 15 ans et plus.

Les progrès vers l’éradication du sida restent lents : en 2022, à l’échelle globale, 99 000 enfants et adolescents âgés de 0 à 19 ans ont perdu la vie en raison de complications liées au sida, ce qui représente 15 % de l’ensemble des décès liés au sida, alors que ce groupe d’âge ne représente que 7 % des personnes vivant avec le VIH.

Notes aux rédactions :

Tableau des chiffres de la population d’enfants et d’adolescents séropositifs dans les régions où le VIH est le plus répandu :

Consulter l’Aperçu global 2023 ICI.

Télécharger les contenus multimédias ICI.