Ce qu’un don peut changer dans la vie de Mary et de ses filles

Publié le 29 janvier 2019 | Modifié le 29 janvier 2019

Maman de deux fillettes âgées d’un an, Mary n’a pas les moyens de les nourrir. Grâce aux financements que nous recevons, nous pouvons nous assurer qu'elle et ses enfants auront un avenir.

Assise dans une salle d’attente à l’hôpital pour enfants de Juba, au Soudan du Sud, Mary a le regard perdu. Elle n’entend même pas ses deux filles, pourtant assises sur ses genoux, qui pleurent pour obtenir son attention. Elle regarde dans le vide, impassible et imperturbable, sans voir le médecin et les infirmières s’approcher d’elle pour prendre soin de ses filles. Ce n’est qu’après qu’on lui a tapoté l’épaule qu’elle revient à la réalité. Surprise, elle sursaute et manque de faire tomber ses enfants. À la voir, on a l’impression qu’elle endosse sur ses épaules tout le poids du monde.

C’est la troisième fois qu’elle vient dans cet hôpital de Juba, financé par UNICEF. Ses filles Elizabeth et Madelina y sont prises en charge car elles souffrent de malnutrition. Âgées d’un an et quatre mois, elles pèsent respectivement 6,2kg et 4,5 kg, alors qu’elles devraient peser en moyenne 10 kilogrammes. Mary tente de les allaiter, mais elle n’a pas assez de lait pour les nourrir.

Au Soudan du Sud, le personnel médical prend les mesures de la petite Madelina qui souffre de malnutrition

« On ne survit qu’en buvant de l’eau »

Son histoire, tragique, est similaire à celle de beaucoup de familles au Soudan du Sud : « Mon mari est mort et je suis maintenant seule avec deux enfants, explique-t-elle. Je ne peux pas retourner dans mon village rejoindre mes autres enfants car je n’en ai pas les moyens et parce que j’ai dû emprunter de l’argent pour enterrer mon mari. Je ne peux pas partir sans avoir remboursé ce prêt. » Démunie, elle est très souvent affamée. « Parfois, on ne mange pas pendant deux jours, on ne survit qu’en buvant de l’eau et mes filles sont tout le temps malades », confie-t-elle.

Mary ne gagne de l’argent que grâce à la mendicité et vit dans la rue avec d’autres familles. Elle passe ses journées à errer avec ses filles sous un soleil de plomb. Dans la journée, les températures dépassent régulièrement les 35°. Dans l’incapacité de nourrir ses filles ou de travailler car elle ne dispose d’aucun mode de garde, Mary revient immanquablement à l’hôpital. « À chaque fois, leur santé s’améliore parce qu’on leur donne du lait et de la nourriture, mais je ne peux pas leur offrir ça, déplore-t-elle. Je ne sais pas si mes enfants survivront, mais j’espère que ce sera le cas et qu’elles réussiront. »

Un don peut sauver des vies

Au terme de plusieurs semaines de prise en charge, Elizabeth et Madelina vont bien mieux. Celle-ci n’arrivait pas à manger ou à s’asseoir seule, mais elle parvient désormais à se tenir sur ses jambes.

On estime qu’au Soudan du Sud, 43% de la population ne dispose que d’un accès restreint à de la nourriture et qu’un million d’enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère, dont 25% risquent de mourir. En faisant un don à UNICEF, vous nous aidez à donner un avenir à ces enfants. Sans financement, nous ne serons pas en mesure d’apporter une aide vitale aux enfants en danger. Chaque geste de générosité nous permet d’agir contre la malnutrition, la malaria, la rougeole ou le choléra. Mais nous intervenons aussi pour réunir des familles séparées par la guerre ou permettre à des enfants de quitter les forces armées.

Pour aider Elizabeth, Madelina et les enfants du Soudan du Sud, faites un don à UNICEF.

Soutenir nos actions